Comment le Gouvernement veut soutenir les aidants

24/10/2019 Par Aveline Marques
Politique de santé
Edouard Philippe a annoncé mercredi un "premier" plan de mobilisation en faveur des 10 millions de proches aidants, doté de 400 millions d'euros.

 "Cette situation, qui touche près de 10 millions de nos concitoyens, est parfois synonyme d'un très grand épuisement, d'un très grand isolement, d'une rupture profonde avec sa vie professionnelle, familiale, sociale", a déclaré mercredi le Premier ministre Edouard Philippe, qui a rencontré mercredi des aidants dans une structure de l'Essonne, près de Paris. Cette "première stratégie", qui sera dotée de 400 millions pour la période 2020-2022, doit permettre "d'accompagner ceux qui aident" et "au fond, de changer le regard sur eux", escompte le Premier ministre. 90% des aidants soutiennent un membre de leur famille, dont 52% un de leurs parents. Si on compte aujourd'hui 1,5 million de personnes de 85 ans et plus, elles seront trois fois plus nombreuses en 2050, ce qui pourrait faire exploser le nombre d'aidants familiaux. Parmi les objectifs fixés, le Gouvernement souhaite accompagner 450 000 aidants en plus en 2022 via la mise en place d'un numéro téléphonique national de soutien, la création d'une plateforme numérique "Je réponds aux aidants" et de lieux "labellisés" pour les recevoir et les orienter vers un accompagnement. La secrétaire d'Etat au Handicap, Sophie Cluzel, a annoncé la création en 2020 d'une "plateforme de répit" proposant des "solutions", par exemple des places dans des maisons de répit, et des initiatives de "relayage", où un professionnel passe plusieurs jours consécutifs au domicile de la personne aidée, ce qui permet à son proche de prendre du repos. D'ici 2022, quelque 200.000 solutions de répit supplémentaires, soit le double de ce qui existe actuellement, seront ainsi créées. Pour les salariés, -environ 60% des aidants travaillent-, le Gouvernement rappelle dans cette stratégie que le congé "proche aidant" de trois mois, fractionnable, sera indemnisé en 2020. A partir d'octobre, ceux qui prendront des jours pourront être indemnisés par la Sécurité sociale à hauteur de 43,52 euros par jour pour une personne en couple, 52 euros pour une personne isolée. Environ 200.000 personnes pourraient y prétendre. [avec AFP]

 
Vignette
Vignette

SAS : accepterez-vous de partager votre agenda ?

Pierre Nevians

Pierre Nevians

Non

A tout problème complexe, il y a une solution simple .... et fausse. Il faut cesser de voir la médecine libérale comme une rustin... Lire plus

0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17