Rappel vaccinal dès 18 ans, prescription du molnupiravir, tests : les annonces de Véran pour lutter contre la cinquième vague de Covid  | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Rappel vaccinal dès 18 ans, prescription du molnupiravir, tests : les annonces de Véran pour lutter contre la cinquième vague de Covid 

Le ministre de la Santé a annoncé ce jeudi 25 novembre un ensemble de mesures visant à freiner la cinquième vague de Covid. Parmi elles, l’ouverture de la dose de rappel du vaccin dès cinq mois après la deuxième injection pour tous les Français de plus de 18 ans, ou la possibilité de prescrire l’antiviral molnupiravir en ville.  

“Le virus circule vite et partout dans le monde. La France connaît à son tour une cinquième vague. Elle sera sans conteste plus longue et plus forte que la quatrième vague” : c’est le ton grave qu’Olivier Véran a ouvert une conférence de presse spéciale consacrée à la présentation de nouvelles mesures de lutte contre l’épidémie de Covid. Mais le ministre a d’emblée tenu à rassurer les Français : “Je ne vous annoncerai ni confinement ni couvre-feu [...] Nous faisons le choix de concilier libertés et responsabilités. Nous considérons qu’on peut encore traverser cette vague sans utiliser les outils les plus contraignants.”  

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a effectué, au cours de cette conférence, un bilan de la situation épidémiologique en Europe, qui est devenue “l’épicentre de l’épidémie” en représentant plus de 67% des contaminations du monde entier. En France, le taux d’incidence s’élève à 193 et à l’heure actuelle, le R = 1,6, “ce qui se traduit par un doublement du nombre de personnes touchées en 11 jours”, a-t-il précisé. Selon lui, le pic de la cinquième vague pourrait être atteint dès la semaine prochaine, du fait du développement rapide du virus à cause, notamment, des conditions météorologiques et des activités en intérieur, plus nombreuses. Si le Gouvernement ne souhaite pas, à l’heure actuelle, prendre de mesures contraignantes, le ministre de la Santé a néanmoins annoncé une série de mesures pour freiner la montée de la cinquième vague. Passage en revue.  

 

Le pass invalide au bout de sept mois en l'absence de rappel  

La première mesure concerne l’ouverture au rappel de la vaccination pour tous les 18 à 65 ans dès maintenant. Ce rappel, le plus souvent une troisième dose, était jusqu'à présent ouvert aux plus de 65 ans, aux personnes à risque et aux soignants. Cette décision fait suite à des recommandations de la Haute Autorité de santé dévoilées quelques heures avant la conférence. Dans le détail, le rappel est ouvert à tous les plus de 18 ans dès cinq mois après leur dernière injection. “Cela concerne 25 millions de Français, dont 6 millions ont déjà reçu le rappel”, a précisé Olivier Véran. Pour ceux qui ont été contaminés par le Covid, “une infection = une injection”, a aussi affirmé le ministre, qui a cité l’exemple suivant : si une personne a reçu une première injection, puis eu le Covid, elle pourra faire sa dose de rappel 5 mois après avoir été malade. A noter qu’à partir du 15 janvier, le pass sanitaire des 18 à 65 ans ne sera plus actif si la dose de rappel n’a pas été faite.  "A compter du 15 décembre, le pass sanitaire pour les plus de 65 ans ne sera plus actif si le rappel n'a pas été fait dans un délai de sept mois après l'infection ou après la dernière injection”, a-t-il aussi dit.  

 

L’accent de la vaccination mis sur les libéraux 

Plus de 25 millions de vaccins à ARNm sont actuellement en stock donc 4 millions déjà distribués chez les professionnels libéraux habilités à vacciner : médecins, sages-femmes, laboratoires de biologie, kinés… “Nous appuyons un transfert vers la ville”, a confirmé le ministre de la Santé, qui annonce toutefois que les 1.100 centres de vaccination actuellement ouverts...

12 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…