Bronchiolite : pourquoi il ne faut pas tirer un trait sur les kinés | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Bronchiolite : pourquoi il ne faut pas tirer un trait sur les kinés

Le 14 novembre dernier, la HAS a actualisé ses recommandations de prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois et n’y a pas fait figurer la prise en charge kinésithérapique
Le 14 novembre dernier, la HAS a actualisé ses recommandations de prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois et n’y a pas fait figurer la prise en charge kinésithérapique, pourtant largement utilisée. Les syndicats et l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes dénoncent une mauvaise lecture sur le fond et un travail tronqué sur la forme. 

 

“Tous aux Urgences, la HAS ne pourra y voir d'inconvénients” a réagi Bb40 ; “Étonnant” pour Christophxkrs ; Les parents vont chez le kiné même le week-end. Il y a un suivi et au moindre signe d'alerte de dégradation, une décision est prise. Laissez les parents démunis face à un nourrisson qui tousse et s'encombre implique un retour aux urgences illico. Ou trop tard”, souligne F.mg ; “D'accord avec ces recommandations pour les formes graves et bénignes de la bronchiolite, mais dans les 24/48h qui demande de la surveillance, qui est la personne la mieux placée pour surveiller, éduquer et rassurer les parents sinon le kiné ?”, relève de son côté Yvesturlin.

Lecteurs d’Egora.fr, vous êtes nombreux à avoir réagi et exprimé votre étonnement suite aux nouvelles recommandations de prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois de la HAS qui ne fait pas figurer la prise en charge kinésithérapique. Les syndicats et l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes sont montés au créneau pour dénoncer la méthode retenue pour réaliser ces recommandations et surtout, leur mauvaise interprétation. Le président de la Fédération Française des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs, Sébastien Guérard, s’explique. 

 

Egora.fr : Dans un communiqué, vous évoquez une mauvaise interprétation des recommandations. Que voulez-vous dire ?  

Sébastien Guérard : Ce n’est pas parce que la HAS ne recommande pas qu’elle contre-indique. La HAS va recommander une pratique à partir du moment où elle est étayée scientifiquement. Aujourd’hui, on reconnaît que le drainage bronchique ne l’est pas. Pour autant, il n’est pas contre-indiqué. S’il y a bien une chose qui est prouvée, c’est que sur les formes moyennes à modérées de bronchiolite, il n’est pas néfaste. 

Ensuite, on a tendance à noyer toute la kinésithérapie et la réduire uniquement à cette pratique. On oublie tout le versant éducatif, prophylactique et préventif de la kinésithérapie. 97% des patients souffrant de bronchiolite passent par le kiné libéral. Or, on s’est concentrés sur les 3% d’enfants hospitalisés pour donner ces recommandations qui finalement ne concernent que des cas “exceptionnels” de petits hospitalisés. Malheureusement, il n’existe pas d’étude complète à ce jour. Les seules structures qui ont les moyens de fournir des études suffisamment puissantes, ce sont souvent les services de pédiatrie hospitalière parce qu’il y a un financement derrière. Mais nous ne parlons donc pas des...

18 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…