Case prison Monopoly

Viol d'une patiente après injection de midazolam : un cardiologue condamné en appel à 15 ans de prison

Un ancien cardiologue de 63 ans vient d'être condamné en appel à 15 ans de réclusion criminelle pour le viol d'une patiente et les agressions sexuelles de deux autres. Sa peine a été assortie d'une interdiction définitive d'exercer une profession médicale ou paramédicale.

09/04/2024 Par S. B.
Violence
Case prison Monopoly

Cette nouvelle condamnation est une "satisfaction morale pour les victimes", a salué Me Raoul Ntsakala, avocat de l'une des parties civiles. "C'était le minimum", a-t-il ajouté. L'avocat général avait requis "entre 16 et 18 ans" de prison à l'encontre du médecin de 63 ans.

Une ancienne patiente âgée de 21 ans à l'époque des faits, en octobre 2018, accusait le médecin de l'avoir violée lors d'une consultation dans le cabinet libéral qu'il avait ouvert en parallèle de ses activités à l'hôpital de Pontivy (Morbihan). Le cardiologue lui avait injecté du Midazolam puis elle avait eu un "trou noir", ponctué de quelques flashs. 

"Il n'y a aucune justification à l'administration de Midazolam, c'est l'unanimité des experts. Un produit contrôlé, délivré par la pharmacie de l'hôpital et qui n'a rien à faire dans un cabinet de ville", a souligné l'avocat général lors de son réquisitoire, avant de comparer l'accusé à un "chasseur" face à des "proies".

Deux autres jeunes femmes, âgées de 24 et 18 ans au moment des faits, respectivement en 2017 et 2018, l'accusaient d'agressions sexuelles, l'une à l'hôpital, l'autre à son cabinet médical.

En appel comme en première instance, l'ancien médecin a nié l'ensemble des faits. Il a soutenu avoir eu une relation sexuelle consentie avec la jeune femme qui l'accusait de viol, reconnaissant là une "faute déontologique". "Il n'y a pas assez d'éléments pour corroborer les déclarations des plaignantes [...] On ne condamne pas au bénéfice du doute. Si vous avez le moindre doute, vous devrez acquitter", avait plaidé Me Anna Branellec, avocate de la défense. 

Le conseil de l'Ordre départemental des médecins du Morbihan, partie civile au procès, avait déclaré lundi "s'en remettre à la cour pour [l'] aider à maintenir une image de la profession et garantir qu'on ne reverra pas ce type d'agissements, pour rassurer les patients futurs et actuels, et pour leur permettre de toujours consulter en confiance un membre de notre profession".

[Avec AFP]
 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17