Un chef de service suspendu pour avoir sous-traité des gardes à des médecins étrangers non-déclarés

25/11/2022 Par Marion Jort
Déontologie
Radié par l’Ordre pour avoir fait appel à des médecins étrangers non-déclarés pour assurer des gardes, l’ex-chef de service des urgences d’une clinique des Pyrénées-Orientales a finalement vu sa peine réduite à une simple interdiction d’exercice d’un an. Une patiente est décédée il y a cinq ans. 

  Les faits remontent à 2017. Le 6 avril, une octogénaire est amenée aux urgences de la clinique Saint-Michel de Prades, dans les Pyrénées-Orientales. Elle souffre de violents maux de ventre. Un scanner révèle une distorsion et une inflammation du côlon, laissant penser à une occlusion intestinale.   Alors que le service fait face à une forte pénurie de personnel, elle est accueillie par un médecin, qui la place sous morphine et contacte le chirurgien de garde. Quelques heures plus tard, voyant l’état de la patiente se dégrader, une infirmière donne l’alerte et rappelle le chirurgien. “Je l’ai préparée à la pose de deux sondes, une naso-gastrique et l’autre urinaire”, confie-t-elle anonymement à L’Indépendant. “Mais la pression était si forte que le corps a voulu tout expulser et le cœur a lâché.” La patiente est décédée. “Ces actes, qui se pratiquent sous prescription médicale” correspondent pourtant “à un protocole classique”, regrette la soignante qui dénonce une erreur médicale. Mais le problème, c’est que le médecin en question n'appartient en réalité pas au service… Selon la petite-fille de l’octogénaire, c’était “un faux professionnel”. “Il avait obtenu un diplôme dans son pays, mais qui n’avait pas été validé en France, où il n’était pas autorisé à exercer.” La famille a porté plainte, mais la procédure en justice a débouché sur un non-lieu, “faute d'éléments suffisamment caractérisés”.    Le chef de service d’abord radié à vie La justice ordinale s'est, elle aussi, emparée de l’affaire. Après vérification, la chambre disciplinaire de l’Ordre confirme les propos de la petite-fille de la défunte. “Le médecin concerné n’est inscrit à aucun tableau départemental, il ne figure pas non plus sur la liste des prestataires de service tenue au niveau national”, dénonce le président du Cdom auprès du quotidien local. Dans ce cas, l'instance n’est donc pas compétente pour instruire le dossier.  Le chef de service à quant à lui été condamné à la radiation à vie pour avoir sous-traité des gardes à des praticiens non-déclarés. Après avoir fait appel, le médecin a vu sa peine réduite à une simple interdiction d’exercer d’un an. Il est à nouveau en exercice aujourd’hui.    [avec l’Indépendant]     

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
11 débatteurs en ligne11 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17