Urgences : la "situation est plus grave que l'été dernier", selon Samu-Urgences de France

17/08/2023 Par Marion Jort
Urgences

Aux urgences, "la situation est plus grave que l'été dernier" en France, a estimé mardi 15 août Marc Noizet, président de Samu-Urgences de France, soulignant que tous les départements sont touchés mais aussi des zones touristiques en pleine saison.   "La situation est plus grave que l'été dernier parce qu'elle touche dorénavant tous les départements de France, des gros services et des petits services. L'été dernier, on avait des zones rouges", a déclaré le Dr Marc Noizet ce mardi 15 août sur Europe 1. Également chef du service d'urgence du groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud-Alsace, le médecin a estimé que "la nouveauté est que des zones extrêmement touristiques (...) sont aujourd'hui en très, très grande précarité", citant par exemple Les Sables-d'Olonne (Vendée) ou Arcachon (Gironde) "où ils ont été obligés de mettre en place sur le parking devant l'hôpital une structure où les médecins font de la petite traumatologie pour alléger les urgences" ou encore Saint-Tropez (Var) "qui a failli fermer son service d'urgences". "Plus pernicieux", selon lui, "on ferme des Smur, la partie de l'hôpital qui se déplace sur la voie publique ou à votre domicile quand il y a un incident grave", "parfois pour une nuit ou un weekend". "Par exemple, autour d'Angers, ce week end prolongé avec le pont du 15 août, sept Smur sont fermés, or ça touche l'urgence vitale", a-t-il ajouté. Chef du Smur des Hauts-de-Seine, Gilles Jourdain, a aussi "lancé l'alerte" dans Le Parisien mardi après-midi, affirmant notamment que son équipe a dû transférer un nourrisson de deux mois dimanche à Rouen, faute de lits en réanimation pédiatrique en Île-de-France. "Sa bronchiolite s'aggravait, le petit garçon avait besoin d'être admis en réanimation. Les équipes ont fait trois fois le tour des places disponibles dans les cinq services d'Île-de-France ayant les compétences nécessaires pour ce type de soins. Rien, zéro lit", a-t-il raconté.

Pour le Dr Jourdain, "les tensions en personnels soignants sont si fortes que la situation dégradée de l'hiver perdure et se refait sentir dès l'été. Les autorités semblent incapables d'apporter une solution". Aux urgences, comme ailleurs à l'hôpital, "tous les renforts qu'on a pu mobiliser l'ont été", et "la régulation de la rémunération des intérimaires a fait beaucoup de mal, même si c'était un mal nécessaire", a affirmé le président de Samu-Urgences de France à la radio. Quant aux assistants de régulation médicale (ARM), en grève dans 69 des 100 "centres 15" départementaux, "ils sont mal rémunérés, ont des problématiques d'avancement dans leur carrière et d'adéquation de leur nombre au flux", a-t-il exposé. "Il y a une vraie problématique, le ministre le reconnaît, maintenant il faudrait que les choses avancent", a lancé Marc Noizet. En visite lundi au Samu de Toulouse, le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, a déclaré qu'"une partie" des revendications des ARM grévistes étaient "légitimes" et qu'il comptait "y travailler dans les toutes prochaines semaines".   [avec AFP] 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17