"Je n'ai même pas eu d'arrêt de travail" : muni d'un faux pistolet, le patient revient aux urgences pour "régler ses comptes"

25/07/2023 Par Fanny Napolier
Violence

Un homme a été condamné à 10 mois de prison, dont 4 avec sursis, pour avoir semé la panique dans un service de l’hôpital de Figeac (Lot). Après avoir reçu des soins, il était revenu avec une fausse arme pour menacer le personnel.   Les faits remontent au 16 juillet dernier. Un homme de 36 ans se présente aux urgences de l’hôpital de Figeac (Lot) après une chute dans les escaliers. Son entorse à la cheville est soignée, mais il souffre encore de la tête et du poignet. Le lendemain soir, après sa journée de travail, et après avoir consommé un litre de vin, il décide de retourner à l’hôpital. Muni d’une arme à feu factice (un pistolet à billes), il annonce : « Ça va mal se passer. Je reviendrai pour régler mes comptes, ça ne va pas se passer comme ça ». Le personnel présent ne sait pas qu’il s’agit d’une fausse arme, et se met à l’abri tandis qu’un radiologue discute avec l’homme. Ce dernier lui remet son arme, ainsi que des couteaux qui sont dans son sac. L’homme est connu du service, où il se rend pour des intoxications médicamenteuses et pour traiter son alcoolisme. Il a été entendu le 21 juillet par le tribunal correctionnel de Cahors pour « menace de crime ou délit à l’encontre d’un professionnel de santé », « port sans motif légitime d’arme blanche ou incapacitante » et « port sans motif légitime d’arme à feu de catégorie d ». « Quand je dis que ça va pas en rester là, c’est juste parce que je voulais porter plainte. La veille, j’ai été soigné pour l’entorse, mais je n’ai même pas eu d’arrêt de travail, je suis allé travailler, j’ai eu mal au poignet et à la tête, jai ruminé toute la journée », explique le trentenaire à la barre. « Pourquoi sortez-vous l’arme ? », demande la présidente du tribunal. « Pour qu’on me soigne, c’est tout ce que je voulais, je ne l’ai pas pointée, mais je l’ai mise en évidence. C’est normal qu’ils aient eu peur, c’est en parlant au radiologue que je me suis rendu compte de ce que je faisais et j’ai alors rendu l’arme. Je sais que ça fait peur. Je me mets à leur place, je ne dors pas, je ne mange pas depuis lundi… Ce n’est pas une excuse… », se désole-t-il.  Il a été condamné à 10 mois de prison avec sursis probatoire de 4 mois pendant deux ans, interdiction de se rendre dans un débit de boisson, interdiction de porter une arme pendant 5 ans, obligation de travail, de soins et d’indemniser les parties civiles. [Avec actu.fr]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

4 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,2 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
"débit de boisson",mais il peut aller au supermarché!...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,2 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
les uns attaquent à main armée la bijouterie PIAGET hier à PARIS,les autres leur MG:1 sentiment d'insécurité,comme disait l'autre!...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,2 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
6 mois de bracelet électronique;obligation de travailler:ah ah ah ah ah!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17