"Plus on travaille, plus on perd de l’argent" : Alerte sur le déficit record des hôpitaux privés

20/02/2024 Par M.G.
Alors qu’une aide exceptionnelle de 500 millions d’euros pour l’hôpital a été annoncée ce vendredi par le ministère de la Santé, Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) a tenu à alerter dans une interview accordée au Monde, sur le déficit record du secteur privé en 2023. Il pointe également une "dichotomie de traitement entre privé et public".

C’est un appel à l’aide que lance Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), ce mardi 20 février, dans une interview donnée à nos confrères du Monde. Il indique que “40% de nos cliniques et hôpitaux privés se retrouvent en déficit, pour 670 millions d’euros”. Selon le président de la FHP, c’est “du jamais-vu”, car les années précédentes, “25%” des établissements privés étaient concernés. “Si rien ne change, la moitié de nos 1 030 établissements” seront touchés, représentant “19 milliards de budget”. “Les répercussions sont déjà là”, estime-t-il. Si le secteur de la chirurgie semble “rester à l’équilibre”, “les urgences”, “l’obstétrique” et la “psychiatrie” semblent plus concernés par des “fermetures, des diminutions d’activité ou des blocages de toutes extensions”. Alors que le ministère de la Santé a annoncé vendredi dernier une aide exceptionnelle de 500 millions d’euros pour l’hôpital, Lamine Gharbi indique que ça ne peut être qu’une “première étape, car c’est bien en deçà des besoins”. “Nous demandons au minimum que [l’Etat] ‘solde’ l’inflation 2023, qui est la cause de nos difficultés”, explique-t-il. Avec la Fédération hospitalière de France (FHF), le président de la FHP a évalué une “enveloppe nécessaire” de “1,5 milliard d’euros”.

"400 millions d’euros de ‘surexécution’ budgétaire" Le secteur privé a pourtant réalisé plus d'activités que prévu par l’Ondam en 2023, avec “400 millions d’euros de ‘surexécution’ budgétaire”. Lamine Gharbi l’explique par la prise en charge de “patients qui en avaient besoin, de patients que le public ne pouvait pas soigner”. “Nous avons joué notre rôle de complémentarité. Mais nous sommes pénalisés”, reconnaît-il. Car à cause de l’inflation, ces bénéfices “ne couvrent absolument pas nos charges”. Conclusion : “Plus on travaille, plus on perd de l’argent, c’est un effet ciseaux inacceptable !” Le président de la FHP réclame alors “une campagne tarifaire à la hauteur des véritables coûts pour nos établissements”. Interrogé sur une éventuelle meilleure rentabilité que le secteur public, Lamine Gharbi a déclaré : “Il faut arrêter ces fantasmes [...] Si nous étions si malins, et que nous sélectionnions nos patients et les pathologies les plus rentables, pourquoi serions-nous en déficit ?” Pour ouvrir des services d’urgences ou des lits de réanimation supplémentaires, les cliniques et hôpitaux privés doivent attendre des autorisations données par l’Etat. “[On] nous les refuse”, pointe le président de la FHP.

Le président de la FHP dénonce également une “dichotomie de traitement entre privé et public”, qu’”il faut arrêter”. “On nous reproche de ne pas assez participer [à la permanence de soins], mais les médecins ne travaillent pas bénévolement, non ? Pourtant, dans nos cliniques, elle n’est pas financée. Ce sont les ARS qui décident des ‘lignes de garde’ qu’elles rémunèrent”. Il estime également que “l’Etat a préféré jusqu’ici choisir le public”. Nos professionnels travaillent la nuit aussi, mais ils n’ont pas eu droit aux revalorisations annoncées par le Gouvernement cet été, pourquoi ?”, demande le président de la FHP Si en 2023, les cliniques et hôpitaux privés ont tout de même réussi à réaliser une marge “de l’ordre de 1 à 2%”, Lamine Gharbi estime que ce n’est pas suffisant pour augmenter le personnel ni pour faire face au déficit. “Tous les économistes le disent : pour pouvoir investir, produire des bâtiments de qualité, innover… il faudrait au moins se situer à 3%. Notre capacité d’investissement n’a cessé de diminuer, et nous arrivons au bout du bout”, alerte-t-il.   [Avec Le Monde]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

4 commentaires
3 débatteurs en ligne3 en ligne
Photo de profil de Dominique Drouhier
150 points
Gastro-entérologie et hépatologie
il y a 3 mois
Et ce n'est pas avec M. Valletoux que les choses vont s'arranger pour le privé. Il faudrait une vaste mobilisation- (comme celle qui a eu lieu pour l'école libre sous Savary/Mitterrand)- pour l'hospi...Lire plus
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 3 mois
Oui c'était dejà le cas il y a 40 ans E t les établissement qui sortent du lot le font sur "des produits dérivés" (Parking, cabinet de consultations, restauration, pharmacie, etc .....) Et quelques ...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,2 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 26 jours
ils n'ont toujours pas compris le modèle économique de l'URSS,que nos zautorités veulent imposer à la FRANCE!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17