Un milliard pour l’hôpital public: le privé et les libéraux dénoncent un "traitement inégalitaire"

04/09/2023 Par Mathilde Gendron
Syndicalisme
Alors que la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé qu’elle allait débloquer un milliard d’euros pour revaloriser le salaire des soignants de l’hôpital public jeudi dernier, les syndicats de libéraux et du privé dénoncent un “traitement inégalitaire” entre les deux secteurs.
 

Ce jeudi 31 août, voulant aboutir à un “choc d’attractivité” de l’hôpital public, la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé débloquer 1,1 milliard d’euros pour revaloriser le salaire des soignants. Cette somme comprend notamment une revalorisation de 50% de la rémunération des gardes pour les médecins du secteur privé et public, ainsi que 25% d’augmentation du salaire des infirmières et des aides-soignantes. Dès le lendemain, les hôpitaux privés ont dénoncé un “traitement inégalitaire” et regretté que le personnel paramédical soit “exclu” de ces revalorisations. Dans un communiqué, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) demande à ce que l’on reconnaisse “l’ensemble des professionnels, au-delà de leur statut”. “Il est incompréhensible que les soignants des cliniques et hôpitaux privés ne soient pas concernés par ces mesures ! Ils exercent pourtant les mêmes missions au service des mêmes patients que leurs collègues de l’hôpital public et, contrairement aux idées reçues, ils sont déjà moins bien rémunérés aujourd’hui”, dénonce Lamine Gharbi, président de la FHP. Il demande avant tout une “harmonisation des conditions salariales de l’ensemble des soignants [...] pour renforcer et non affaiblir l’équité entre les acteurs : c’est une question de cohérence politique et de survie de notre système de santé”.

  “Une discrimination des soignants par le Gouvernement” De son côté, le syndicat de l’Union française pour une médecine libre (UFML-S) rappelle que “les missions sont les mêmes” entre soignants du secteur privé et du secteur public. Il pose la question d’une éventuelle “discrimination des soignants par le Gouvernement”. Il rappelle par ailleurs que cette discrimination a déjà été ressentie notamment lors des “places pour le mondial de rugby réservées [uniquement] au soignants de l’hôpital public”. “Les conditions de travail, en particulier pour les personnels non médicaux (...), sont souvent plus difficiles dans le secteur privé lucratif qu’à l’hôpital public (moins de possibilités de fermetures de services, plus de mode dégradé…)”, ajoute le président du syndicat, Dr Jérôme Marty, qui rappelle que “le secteur hospitalier privé est indispensable au bon fonctionnement de notre système sanitaire”. Si la situation ne se débloque pas, l’UFML-S, qui se mobilisera le 13 octobre prochain contre l’adoption de la proposition de loi Valletoux, menace “d’ajouter à ce mouvement, la fermeture totale du secteur hospitalier privé lucratif”.

Le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) salue quant à lui une revalorisation “enfin calculée avec un pourcentage du salaire”, qui prend en compte à la fois “l’ancienneté et l’expérience”. Mais son porte-parole, Thierry Amouroux, estime que cela reste trop “faible”. “Avec un salaire moyen à 16,50 euros de l'heure, ça fait 4,12 euros de revalorisation par heure de nuit, à comparer avec le forfait actuel de 2 euros", regrette-t-il. ”Globalement, on reste exploités, avec des salaires indignes", reconnaît-il encore. Quant à la différence entre secteur public et privé, il espère que ce dernier “finira par s’aligner”. Enfin, la Fédération hospitalière de France (FHF) qui avait demandé une rallonge de trois milliards d’euros félicite ce “signe fort adressé aux soignants qui permet à l’hôpital public d’assurer sa mission au service de tous”, écrit-elle dans un communiqué. Elle indique également rester “vigilante au fait que l’ensemble de ces mesures soient intégralement financées”. 

  Matignon a fait savoir que des “discussions” devaient encore avoir lieu avec le secteur privé à cause notamment des “règles de convention collective”.   [Avec AFP]

 
Vignette
Vignette

5 commentaires
5 débatteurs en ligne5 en ligne
Photo de profil de Michel Rivoal
5,8 k points
Débatteur Passionné
Anesthésie-réanimation
il y a 10 mois
Euh ! Est ce que je peux dire une grosse co... non bêtise est plus correcte. hôpital privé... Ne serait ce pas là une "entreprise" gérée par des capitaux privés ? Je mets un peu à part les structures ...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,3 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
cf MACRON avec la rénovation es écoles:1/2 million pour40.000 établissements,soit 12,50€ chacun!...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17