PDSA : en Mayenne, les médecins en guerre contre l'ARS

16/10/2023 Par Aveline Marques
Urgences
Les médecins effecteurs et régulateurs de l'association départementale d'organisation de la permanence des soins de la Mayenne (Adops 53) sont en grève pour protester contre l'amputation de leur budget de fonctionnement par l'ARS. Il leur manque 50 000 euros pour finir l'année.
 

Reprise des négociations conventionnelles ou pas, "il est hors de question que l'on reprenne la permanence des soins tant qu'on n'a pas l'assurance de ce financement 2023", lance le Dr Luc Duquesnel, président des Généralistes-CSMF et par ailleurs directeur médical de l'Adops 53. Dans le département de la Mayenne, la grève nationale qui a débuté ce vendredi 13 octobre se double d'une grève locale contre la décision de l'ARS de ne pas accorder la rallonge budgétaire réclamée cette année par l'association organisatrice de la permanence des soins. D'après Luc Duquesnel, il manque en effet "50 000 euros", qui correspondent aux augmentations de salaires des personnels de l'association, pour boucler le budget. "C'est la même organisation qu'en 2022 qui est reproduite, on ne fait pas plus d'heures, précise le généraliste de Mayenne. C'est juste l'augmentation normale des salaires." "On ne va pas demander aux secrétaires de diminuer leurs salaires en novembre et décembre ni de décider d'une tontine avec les médecins qui y vont de leur poche", s'insurge-t-il. Si l'association ne se mobilise que maintenant, c'est parce que la réunion qui a tranché sur le budget 2023 ne s'est tenue que le 15 septembre à l'ARS, pointe-t-il. Pourtant, Luc Duquesnel assure que le budget leur a été soumis dès le mois de mai. "Vous imaginez si on avait dû attendre le 15 septembre pour démarrer la permanence des soins?" ironise-t-il, rappelant que 93% des généralistes du département participent à la PDSA. "Ce ne sont pas des financements pérennes, mais une négociation annuelle", souligne le médecin, qui évoque un problème national, lié aux difficultés des ARS à financer les projets par le Fonds d'intervention régional (FIR). "Ils grattent sur toutes les enveloppes." Réunis le 9 octobre, une centaine de médecins libéraux de Mayenne ont donc décidé de trois actions : une grève reconductible à compter du 13 octobre avec fermeture des cabinets, une grève des médecins effecteurs et régulateurs (fait "rare" souligne Luc Duquesnel) de la PDSA et une "désobéissance tarifaire" consistant à facturer le C à 30 euros "au plus tard" le 1er novembre. Sollicitée, l’ARS des Pays-de-la-Loire n’a pas donné suite à l’heure où nous écrivons ces lignes.

 
Vignette
Vignette

1 commentaire
10 débatteurs en ligne10 en ligne
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 8 mois
quand on voit les élites médicales qui hantent les ARS,on rigole:pas vu 1 malade depuis 25-30 ans!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17