Engorgement des urgences dans un hôpital normand : les syndicats lancent une procédure de danger grave et imminent

14/02/2024 Par Mathilde Gendron
Urgences
Alors que les urgences de l’hôpital Jacques-Monod à Montivilliers (Seine-Maritime) subissent un grave engorgement depuis le 29 janvier dernier, les syndicats CGT et Sud lancent une procédure de danger grave et imminent. 
 

C’est un appel au secours que le personnel de l’hôpital Jacques-Monod de Montivilliers (Seine-Maritime) a voulu lancer ce mardi 13 février, en contactant les représentants des syndicats CGT et Sud. "Ce matin, les agents [nous] ont contacté pour nous faire part que, depuis hier, ils alertent sur le fait qu’il y avait 33 patients placés en file d’attente dans les couloirs des urgences, attendant une place pour être hospitalisés en service", écrivent les deux syndicats dans un communiqué publié, ce mardi. 

La trentaine de personnes a passé la nuit "sur des brancards ou lits de fortune [...] sans aucune intimité, n’ayant pas le droit aux visites", poursuivent-ils. Les syndicats publient également des photos, montrant des lits laissés dans les couloirs, séparés par des auvents.  "Une fois de plus les urgences adultes du GHH à Jacques Monod sont débordées et engorgées", reconnaissent la CGT et Sud.  

 

Quant aux personnels, "ils n’en peuvent plus de travailler et d’accueillir les patients dans de telles conditions", admettent les syndicats. Le personnel avait déjà dénoncé ce mal-être, le mercredi 7 février, avec des banderoles "en colère" ou "patients en dangers" affichées dans l’établissement. 

Les deux organisations ont, alors, décidé de lancer une procédure de danger grave et imminent (DGI). Les salariés s’estimant en danger, pourraient ainsi faire valoir leur droit d’alerte ou de retrait, prévus aux articles L4131-1, et L 4131-3 à L 4132-1 du Code du travail. Cette procédure permet également "d’obliger la direction à trouver des solutions rapidement, dans les 24 heures, et sinon, dans les 48 heures, de déclencher une instance exceptionnelle", précise l’un des soignants contacté par Actu.fr

La direction du groupe hospitalier du Havre (GHH) a confirmé ce nouvel épisode de saturation. Elle indique également que huit lits supplémentaires ont été ouverts ce mardi 13 février, "grâce à l’engagement de l’ensemble des équipes médicales et soignantes de l’établissement", rapporte Actu.fr. 

Pour l’heure, aucun préavis de grève n’a été déposé. Les syndicats attendent, en revanche, des solutions de la part de la direction. 

[Avec Paris-Normandie et Actu.fr

1 commentaire
14 débatteurs en ligne14 en ligne
Photo de profil de Francois Laissy
1,9 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 5 mois
Le bon Edouard va nous nettoyer et fermer tout ça pour qu'on ne puisse plus faire de telles photos chez lui avant les élections. . ....Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17