Au moins un quart des services d’urgences au bord de la rupture, alerte l’Amuf

19/04/2022 Par Louise Claereboudt
Dans un entretien accordé au quotidien La Montagne, la porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, Emmanuelle Seris, constate que malgré la hausse des passages aux urgences ces dernières années, les embauches n’ont pas été à la hauteur. "80.000 lits ont été supprimés en vingt ans" alors que la situation se dégradait à vue d’œil.

    Le constat est sans appel : "au moins 25% des services d’urgences en France sont, aujourd’hui, au bord de la rupture", déplore le Dr Emmanuelle Seris, porte-parole de l’Amuf, dans un entretien accordé à La Montagne. Au bord de l’implosion avant l’épidémie de Covid-19, les urgences ont connu en 2019 un vaste mouvement de grève, initié par les personnels à bout de souffle. "Après la pandémie, on se rend compte que les décisions n’ont pas été à la hauteur de ce qui était nécessaire pour combler à la fois les carences en lits et le nombre de soignants insuffisant", juge le Dr Seris. Nombre de services sont actuellement en grève ou en situation de rupture faute de personnels ou de capacités de soigner leurs patients dans des conditions optimales. C’est le cas notamment à Orléans où les médecins ont entamé un mouvement de grève le 8 avril pour dénoncer les dysfonctionnements qui ont poussé la quasi-totalité du personnel infirmier du service des urgences adultes du CHR à se mettre en arrêt. Partout en France, de nombreux soignants, éprouvés par deux ans de lutte contre le Covid-19, sont en arrêt pour burn-out.

Pour la porte-parole de l’Amuf, "nous sommes arrivés au point de rupture", après un été marqué par des fermetures massives de services. La faute à la faiblesse des politiques publiques menées ces dernières années, estime-t-elle. Face à l’afflux de patients, la praticienne déplore qu’il n’y ait pas eu d’effectifs supplémentaires ni d’ouvertures de lits. "Voici le résultat de 20 ans de politiques visant à créer un système de santé libéral avec, son corollaire, une remise en cause des valeurs d’entraide, de sécurité sociale, d’accès aux soins pour tous et gratuit. On s’oriente vers le système du Royaume-Uni. Une catastrophe sanitaire." La porte-parole de l’association avance que "80.000 lits" ont été supprimés en vingt ans. "Une des conséquences de ces suppressions réside dans la durée de séjours aux urgences. Il y a désormais des secteurs d’hospitalisation aux urgences en raison du manque de lits d’aval…" Le Dr Seris appelle ainsi à redonner de l’attractivité aux urgences en revalorisation le salaire des paramédicaux, les gardes de nuit et les week-ends pour les médecins, et à rouvrir des lits. Autre souhait : "rendre la parole aux professionnels de terrain". [avec lamontagne.fr]

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17