"Jamais plus d'un litre de vin par jour !" L’Académie et le pinard (1914-1918) | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Jamais plus d'un litre de vin par jour !" L’Académie et le pinard (1914-1918)

Faut-il distribuer du vin aux combattants ? En quelles quantités ? Les réponses qui furent apportées par l’Académie de médecine à ces questions qui ont fait l’objet de débats passionnés pendant la Grande Guerre peuvent aujourd’hui surprendre. À l’époque, soutenir l’introduction d’une quantité modérée de vin dans la ration des soldats, jugée sans risque si elle ne dépassait pas un litre quotidien, lui semblait en effet se justifier.

L es règlements militaires en vigueur en 1914 sont clairs : si le quart de vin est prévu dans les rations fortes de manœuvre et de campagne, l’eau est la boisson habituelle du soldat. Seulement, ravitailler les zones de combats n’est pas chose facile, y compris lorsque la guerre de position succède à la guerre de mouvement à l’automne 1914. Sur le front, l’eau potable fait cruellement défaut. Quant au vin dont la médiocre qualité est dénoncée par les combattants, les distributions en sont souvent irrégulières.

 

Le vin, l’aliment qui manque…

 

C’est dans ce contexte que l’Académie de médecine est saisie par Émile Vidal, l’un de ses correspondants auteur de travaux sur l’héliothérapie et la tuberculose, d’une proposition en vue de "faire attribuer réglementairement une ration quotidienne de vin à tous les soldats présents sous les drapeaux". À la séance suivante, l’exposé du chimiste Armand Gautier étaye scientifiquement la demande. La ration moyenne d’un combattant, explique celui-ci, – comparaisons internationales et enquêtes personnelles à l’appui – "un peu trop riche en viande et par conséquent trop pauvre en légumes" devrait être de 3 900 calories par jour, voire de 4200 en hiver, quand elle n’est que de 3 200. Il faut donc mieux en équilibrer les différents éléments et "demander à d’autres sources… les 500 à 600 calories" qui manqueront encore. En portant la quantité de vin de 25 à 75 cL, on obtiendrait ainsi 270 calories supplémentaires, un avantage qui ne s’arrête pas là, puisque "donner du vin à nos soldats à la dose modérée de 50 à 75 centilitres par jour dans les conditions où ils combattent (…), c’est...

8 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…