Un médecin allemand créé et injecte son propre vaccin à une soixantaine de volontaires dès mars 2020 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Un médecin allemand créé et injecte son propre vaccin à une soixantaine de volontaires dès mars 2020

Afin de s’immuniser contre le Covid-19, un médecin allemand a décidé de créer, puis de s’injecter, son propre vaccin contre le virus avant de l’inoculer à 60 volontaires. Il est aujourd’hui poursuivi par la justice.  

Âgé de 74 ans, un médecin et entrepreneur allemand a décidé de ne pas attendre les livraisons de doses et de créer… son propre vaccin, dès le mois de mars 2020. Avant de vacciner toute sa famille, le praticien s’est lui-même inoculé quatre injections de sa préparation. Puis il a vacciné 60 personnes volontaires, sans effectuer aucune demande d’autorisation. L’autorité de régulation des médicaments allemande, mise au courant, a immédiatement déposé plainte contre lui.  

Sur son blog personnel, le praticien se défend, expliquant avoir voulu “gagner du temps” sans en perdre “à demander une approbation officielle”. “La nécessité justifie les moyens non conventionnels - dans le cas de cette pandémie, on ne peut pas perdre deux années à attendre de lever les derniers doutes sur d’éventuels effets secondaires, comme c’est le cas pour d’autres vaccins. Il faut agir rapidement”, écrit-il encore, s’estimant aujourd’hui immunisé contre le Covid depuis mai 2020.  

Sciences et Avenir explique que ce vaccin a été créé dans les locaux de l’entreprise scientifique Euroimmun, l’une des principales entreprises de technique médicale et de diagnostic laboratoire, fondée par le médecin en 1987. C’est ce qui lui a permis de mener des expériences de manière indépendante.  

Pour réaliser son vaccin, il a utilisé un antigène fabriqué par l’entreprise dans le cadre de la production de tests PCR et des tests sérologiques ELISA. Il prétend ainsi avoir réussi à “développer une protéine recombinante”. Sur son blog personnel, il explique même qu’il lui a semblé “évident que l’immunisation par cette protéine aurait un effet protecteur contre l’infection”.  Le médecin s’est injecté le vaccin par voie intramusculaire, “à plusieurs reprises, en même temps que de l’aluminium” comme adjuvant, affirmant par la suite se “sentir bien et en bonne santé”. Parallèlement, il a testé dans une culture de cellules virales, la présence d’anticorps spécifiques et leur capacité à neutraliser le Sars-Cov-2 dans une culture de cellules virales. 

Voyant les choses en grand, il ambitionne désormais de vacciner “les trois quarts de la population allemande ou américaine”. Fin 2020, selon Sciences et Avenir, le médecin a contacté l’Institut Paul Ehrlich, chargé de réguler les vaccins et médicaments, afin de leur demander de réaliser une expérience sur plus de volontaires pour détecter d'éventuels effets secondaires. Considérant qu’il s’agit d’une possible “activité criminelle, par manque d’étude clinique réalisée avant les injections”, l’institut a alerté les autorités judiciaires.  

[avec Sciences et Avenir

29 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…