20 000 euros de manque à gagner par an : une pharmacienne affiche désormais les images des voleurs dans son officine

21/03/2024 Par C. S.
Pharmaciens
Dans son officine du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), une pharmacienne a décidé d'afficher les clichés des personnes qu'elle suspecte d'avoir dérobé des produits. Selon la gérante, cette solution, bien qu'illégale, est la seule qui permette de dissuader les voleurs, de plus en plus nombreux à sévir ces dernières années.  

 

La gérante d'une pharmacie du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, a décidé d'agir contre les voleurs. Devant le guichet de son officine, elle a placardé une affichette rouge, où apparaît le cliché d'un homme observant un rayonnage. "Voleur de préservatifs. Au moins, il ne se reproduira pas !", est-il écrit, en grosses lettres. Face à des vols quasi-quotidiens, cette pharmacienne a décidé de disposer des clichés des prétendus larcins dans différents endroits de son office.  

"Il y a dix ans, c’étaient quelques vols par-ci par-là, surtout des produits pour le corps, pour un usage personnel. Depuis le Covid, tout ce qui est vendable est volable. Parfois, on retrouve nos produits sur Snapchat, proposés à - 50 %", raconte-elle, interrogée par Le Parisien.  Sur son téléphone, la gérante conserve les images issues des caméras de surveillance. Même quand elle n'est pas dans son officine, elle garde un œil sur ces vidéos : "Je n’en dors pas la nuit. J’en suis au point de me dire que je vais vendre."  

En plus des vols, la professionnelle témoigne d'une agressivité de leurs auteurs. "Une fois sur deux, ça finit en bagarre ou en agression verbale, affirme-t-elle. Je me suis déjà retrouvée au sol sur le trottoir, à me battre avec une femme", indique la gérante, qui dispose aussi des produits fictifs dans certains rayons pour éviter les vols. 

Selon la pharmacienne, le manque à gagner dû à ces vols s'élève à plus de 20 000 euros par an. Comme de nombreux autres commerçants, elle appelle à "faire changer les lois" ou à "mettre des amendes". Consciente d'être dans l'illégalité en affichant les visages des éventuels voleurs sans leur consentement, la gérante ignore toutefois qu'elle encourt une peine pouvant aller à un an d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende, conclut Le Parisien.  

[avec Le Parisien]

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

Dominique Le Meitour

Dominique Le Meitour

Non

Revaloriser les actes infirmiers seraient déjà la première reconnaissance pour la profession. Le glissement de tâches médicale à m... Lire plus

4 commentaires
2 débatteurs en ligne2 en ligne
Photo de profil de Claude Rouquet
145 points
Médecine générale
il y a 16 jours
Cette restriction de droit, sanctionnée de façon particulièrement sévère, est un scandale de plus, à rapprocher des restrictions au droit de se défendre. Un vieillard agressé chez lui de nuit par troi...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 25 jours
elle n'a pas le droit d'afficher les photos des voleurs mais les voleurs ont droit de la voler j'ai bon,non?...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 26 jours
en attendant que police+justice fassent leur boulot!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9