Internat : les spés qui gagnent des postes et celles qui en perdent | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Internat : les spés qui gagnent des postes et celles qui en perdent

L'arrêté fixant le nombre de postes d'internat ouverts par spécialité et CHU à la rentrée universitaire 2019-2020 vient d'être publié au Journal officiel. Au total, 8507 postes sont proposés, dont 224 en contrat d'engagement de service public (CESP). C'est 110 de moins que l'an dernier.

 

La procédure de simulation des choix d'affectation est lancée ! A la rentrée 2019, 8283 postes d'internat seront ouverts, contre 8407 l'an dernier. A ce total, s'ajoutent 224 postes offerts aux étudiants ayant signé un CESP, soit 14 de plus qu'en 2018.

Si le nombre de postes ouverts est inférieur au nombre d'étudiants classés aux ECN (8728), c'est notamment parce que les étudiants du Service de santé des armées font l'objet d'une procédure à part, explique le centre national de gestion (CNG). Sont également soustraits, par anticipation, les étudiants qui "ont passé les épreuves mais qui ne prendront pas de postes : auditeurs, étudiants n’ayant pas validé le deuxième cycle...", précise-t-on.

La médecine générale, qui forme le gros du bataillon avec 3215 postes, en perd 53. A noter qu'elle en avait gagné pas moins de 136 l'an dernier. En parallèle, le DES récupère 9 postes en CESP (188 au total).

Parmi les autres spécialités médicales, les perdantes sont la biologie médicale (-6), la santé au travail (-6), la radiologie (-5) ou encore la pédiatrie (-5). Côté spécialités chirurgicales, l'ophtalmologie perd 10 postes (140), mais 7 postes supplémentaires sont ouverts en CESP (12 au total).

La chirurgie thoracique et cardiovasculaire est amputée de 6 postes (25), la dermatologie de 4 postes (91) et la gynécologie-obstétrique de 3 postes (201).

Aucune spécialité ne tire son épingle du jeu, mise à part...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…