Radiation, blâme, réduction de salaire : en Italie, les médecins antivax pourchassés par l’Ordre et le Gouvernement | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Radiation, blâme, réduction de salaire : en Italie, les médecins antivax pourchassés par l’Ordre et le Gouvernement

Pour lutter contre les médecins antivax et “pandémie-sceptiques”, le Gouvernement et l'Ordre des médecins italien ont décidé d’adopter des mesures punitives fortes, allant du blâme à la radiation. 

 

Si en France, plus d’un Français sur deux (58%) ne souhaite pas se faire vacciner contre le Covid-19, en Italie les chiffres ne sont pas meilleurs. D’après une étude réalisée le mois dernier par l’Institut Supérieur de la Santé (ISS), un Italien sur trois refuserait l’injection. Tout comme en France, de nombreux médecins sont aussi réfractaires au vaccin, notamment à cause du fait qu’il n’ait pas été testé sur suffisamment de volontaires et que ses effets secondaires ne soient pas bien connus. 

D’après Marianne, en décembre, la Fédération italienne des Ordres des médecins (FNOMCEO) a dénombré une centaine de praticiens antivax sur ses 403.454 inscrits. Même si la proportion est faible, l’instance, les associations de professionnels de santé et le Gouvernement ont décidé de sévir immédiatement en prenant des mesures fortes : blâme, suspension, diminution de salaire voire radiation. 

À Rome par exemple, la section régionale de l’Ordre a décidé de convoquer 13 médecins. Trois sont accusés d’avoir parlé de fausse pandémie sur les réseaux sociaux. Les autres, d’avoir remis en question la nécessité et validité de la prophylaxie, explique l’hebdomadaire. Ils encourent, pour cela, le blâme en cas de repentance devant la commission disciplinaire, l'interdiction d’exercice pendant un ou deux mois et même, dans les cas les plus graves, la radiation. 

Le journal évoque aussi le cas d’un médecin de Turin qui a vu son salaire réduit de 20% par la Sécurité sociale pendant cinq mois. Ce dernier avait, dans une vidéo postée sur Youtube, dénoncé une fausse pandémie et remis en question la validité du vaccin contre la grippe. Enfin, pour avoir affirmé que “le vaccin contre le coronavirus a été développé et testé en trop peu de temps ce qui pose des questions importantes sur l’efficacité et l’immunité”, un médecin a été renvoyé par l’Ordre des médecins devant une commission disciplinaire.

[avec Marianne]

13 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…