Une centaine de médecins étrangers devant le ministère pour dénoncer leur statut précaire

18/01/2024 Par Mathilde Gendron
Une centaine de médecins étrangers se sont donnés rendez-vous, ce jeudi 18 janvier, devant le ministère de la Santé, pour dénoncer leur statut administratif précaire.

 

"Hier applaudis, aujourd'hui expulsés!", pouvait-on lire sur les pancartes de la centaine de médecins étrangers qui ont manifesté, ce jeudi, devant le ministère de la Santé, pour dénoncer leur statut précaire. Un constat qu’avait reconnu le Président de la République, lors de sa conférence de presse du mardi 16 janvier. Il avait indiqué vouloir "régulariser le nombre de médecins étrangers, qui tiennent parfois à bout de bras nos services de soin et que nous laissons dans une précarité administrative qui est complètement inefficace", car leur statut administratif n'existe plus depuis le 1er janvier.

"On a aujourd'hui quelque 2 000 médecins, indispensables dans les services, mis en première ligne pendant l'épidémie de Covid-19, mais à qui ont vient dire : 'On ne peut plus vous garder'", déplore Halim Bensaidi, représentant de l’association Intégration praticiens à diplôme étranger engagés contre la crise (Ipadecc). "Pour eux comme pour l'hôpital, c'est une catastrophe", poursuit-il.

Ces médecins étrangers se retrouvent pour la plupart "en rupture de contrat" en raison d’une note insuffisante aux Épreuves de vérification de connaissances (EVC), l’examen désormais obligatoire pour pouvoir continuer à exercer en France. Les résultats, publiés en décembre dernier, montrent qu'environ 80% des candidats, soit 2 000 praticiens diplômés hors de l'Union européenne (Padhue), ont échoué au test et perdront donc le renouvellement de leur contrat. "Avec 13,75 de moyenne, j'ai échoué", indique un néphrologue guinéen de 35 ans, qui vit en France depuis 2019. "Ma carte de séjour est périmée. Mon chef aimerait me garder, mais ne peut rien faire." Avant, un régime dérogatoire permettait aux hôpitaux de recruter des non-lauréats sous divers statuts très précaires. Mais cette pratique a été suspendue le 31 décembre 2023.

Le 3 janvier dernier, cinq associations et syndicats* avaient lancé une pétition pour demander "le maintien ou la réintégration dans leur poste de tous les Padhue" et le retrait des "obligations de quitter le territoire français pour les professions médicales dont nous avons tant besoin". 

Pour les auteurs de la pétition, c’est la loi Valletoux, adoptée mi-décembre 2023, qui "aggrave la précarité" des Padhue. Elle exige, en effet, "un engagement de passer le concours d’EVC, contre une autorisation d’exercice limitée à deux chances, dont chacune est d’une durée de 13 mois, avec aucun objectif possible de spécialisation et à la condition préalable d’avoir été retenu par des commissions d’autorisation d’exercice".  

À l’heure où nous écrivons cet article, la pétition recueille 19 935 signatures.   

 

* L'UFMICT-CGT, l’Ipadecc, le Syndicat national des médecins hospitaliers (SNMH), l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf).  

 
Vignette
Vignette

4 commentaires
Photo de profil de B M
4,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 5 mois
L'esclavagisme moderne , pas nouveau, des supers médecins étrangers. Une économie de plus. Une honte de plus dans ce pays....Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,3 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 5 mois
l'IA,c'est moins cher et tant qu'il y a du courant électrique.....................................Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,3 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 5 mois
ils sont payés trop cher et puis si en les virant on fait fermer quelques services de+: bingo!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17