Contraception, grossesse, suivi du nourrisson... Ces généralistes offrent le cocon dont rêvent les femmes

01/04/2022 Par Sandy Bonin
C'est l'histoire de quatre jeunes femmes lyonnaises, médecins généralistes passionnées et mamans d'enfants en bas âge. Ensemble, elles ont créé Emanéa, un centre de santé destiné au suivi de la femme et de l'enfant. Un concept unique en son genre qui, au-delà de séduire les patientes, a enthousiasmé les professionnels de santé, nombreux à vouloir participer au projet.  
 

"Ils se sont vraiment mis dans la tête des femmes pour créer ce concept." Carole Abadi, 34 ans, est une patiente du centre Emanéa. C'est à la découverte de sa grossesse qu'une recherche sur Doctolib l'a menée vers ce lieu de soins. "Je sortais d'une très mauvaise expérience avec mon gynécologue et je n'étais plus suivie", commente la jeune femme. Carole Abadi découvre alors Emanéa, un lieu où des médecins généralistes, mais aussi d'autre professionnels de santé comme des sages-femmes ou des ostéopathes, assurent un suivi "global autour de la féminité, de la maternité, de la périnatalité, de la parentalité ainsi que de la petite enfance, de l’enfance et de l’adolescence".    "Cocon"  "Au-delà des soins gynécologiques, j'ai été suivie par une sage-femme pour ma préparation à l'accouchement et par un ostéopathe avant mon accouchement et pour mon bébé. On m'a également proposé un rendez-vous avec une diététicienne. Puis après la naissance, j'ai revu ma praticienne, le Dr Camille Blanc-Cognault, pour le suivi de mon nourrisson", s'enchante la patiente. "Ce centre c'est comme un cocon. Je suis passée par une FIV pour avoir mon bébé, c'était un parcours compliqué, donc ce suivi a contribué à la sérénité de ma grossesse", ajoute Carole Abadi.  

"Nous sommes quatre médecins généralistes à avoir créé ce concept", explique le Dr Capucine Messien. "Nous nous sommes rendu compte qu'il n'existait pas de centre ambulatoire pour offrir une prise en charge globale autour de la femme et de l'enfant. Nous avons donc créé ces deux centres Emanéa, un à Champagne Mont d'Or, dans la banlieue de Lyon, et un autre dans le quartier Croix-Rousse. Nous avons vraiment voulu garder ce lien entre les deux espaces avec des dossiers partagés par exemple", précise le Dr Messien. "Il y avait un réel manque dans le domaine de la femme et de l'enfant. D'autant qu'en tant que généralistes, nous avons une vision plus globale de la femme", ajoute le Dr Camille Blanc-Cognault, co-fondatrice d'Emanéa.     "Relation de confiance"  Les Drs Capucine Messien, Camille Blanc-Cognault, Marie-Charlotte Bertin-Ledru et Sandra Grangeon, ont donc toutes choisi de délaisser la médecine générale pour s'orienter vers la gynécologie et la pédiatrie, spécialités dans lesquelles...

elles ont des diplômes complémentaires. "En tant que généralistes nous avons une dimension médecin traitant que nous retrouvons ici en soignant des familles. Nous suivons la femme avec sa contraception, sa grossesse, son bébé après…Cela crée une relation très particulière avec nos patientes et cette relation de confiance est très satisfaisante pour nous mais aussi pour les patientes", commente le Dr Blanc-Cognault.   "Le rendez-vous pour les 8 jours de mon bébé était un moment très émouvant", acquiesce Carole Abadi.  "Cette relation de confiance, le fait de connaître l'histoire des bébés dès leur conception permet un suivi de l'enfant différent", constate le Dr Blanc-Cognault.  

"Je pense que ces centres pluridisciplinaires sont l'avenir de la médecine car ils offrent la possibilité d'une prise en charge globale, sans aller à l'hôpital", estime le Dr Capucine Messien. "On a essayé d'apporter notre pierre à l'édifice de la problématique des déserts médicaux", ajoute-t-elle. "En tant que soignants, ce travail en équipe est beaucoup plus attractif. Que l'on soit médecins ou paramédicaux, on s'apporte tous beaucoup", abonde le Dr Blanc-Cognault.     Ouvrir d'autres centres  Mais si le concept est novateur, il ne rentre dans aucune case. "L'Ordre et l'ARS nous ont dit que notre projet était formidable mais qu'ils ne pourraient pas nous aider", sourit Camille Blanc-Cognault. Les quatre jeunes femmes ont donc bâti leur concept seules avec l'aide de leur réseau. Et la mayonnaise a très vite pris. "On ne pensait pas que cela susciterait de l'intérêt aussi vite et auprès d'autant de monde. Il y a eu un vrai enthousiasme sur le projet", s'enchantent-elles. Une conseillère conjugale, une orthophoniste, un chirurgien gynécologique ont très vite rejoint l'équipe. Les soignants d'Emanéa exercent tous en libéral. Quant aux autres professionnels comme les conseillères conjugales par exemple, elles ont opté pour le statut d'auto-entrepreneur.   "Nous n'avons pas eu de mal à trouver des professionnels, nous sommes même limitées en termes de place", confie le Dr Messien. Les quatre co-fondatrices d'Emanéa projettent désormais d'ouvrir d'autres centres. Une aubaine pour les lyonnaises mais aussi pour les gynécologues déjà installés qui n'hésitent pas à leur envoyer des patientes.  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Valérie Briole

Valérie Briole

Non

Comment les patients qui cotisent à la sécurité sociale et à leur mutuelle de façon obligatoire, vont accepter de ne percevoir en ... Lire plus

0 commentaire
4 débatteurs en ligne4 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17