Vaccins et dépistage : le Covid a fait bondir la rémunération des pharmaciens | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccins et dépistage : le Covid a fait bondir la rémunération des pharmaciens

1.6 milliard d'euros. C'est le montant des rémunérations liées au Covid que devraient toucher les pharmaciens d'officine en 2021, dont la marge devrait frôler 8 milliards d'euros cette année. Mais tous les pharmaciens n'ont pas tiré leur épingle du jeu. 
 

Alors que les pharmaciens s'apprêtent à entamer la négociation de leur nouvelle convention avec la Cnam, au grand dam des médecins libéraux dont la convention a été prolongée jusqu'en 2023 [voir encadré], les chiffres dévoilés ce jour par Les Echos devraient peser lourd dans la balance. Le quotidien révèle en effet qu'en 2021, la marge des pharmaciens a fortement progressé, sous l'effet des rémunérations liées au Covid : les vaccins devraient ainsi rapporter 70 millions d'euros et les tests 800 millions d'euros d'ici la fin de l'année. Au total, la marge enregistrée par les officines pourrait frôler 8 milliards d'euros en 2021, dont 1,6 milliard de rémunérations liées au Covid, selon une projection réalisée en septembre par l'Assurance maladie. A titre de comparaison, la marge 2019 avait atteint 6.6 milliards d'euros. 

Mais toutes les officines ne sont pas gagnantes, loin de là. Seules 12 000 des 21 000 officines ont participé au dépistage et 18 000 à la vaccination, avec plus ou moins de régularité étant donné le rationnement des doses. Hors Covid, la rémunération a diminué, du fait de la forte diminution de la circulation des virus hivernaux : la marge s'établit en 2021 à 6.4 milliards d'euros, en baisse de 6.5% par rapport à l'année de référence de la dernière convention (2016). "Pendant ce temps, j'ai augmenté de 1 % par an mes salariés, le coût de la vie a augmenté", souligne Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France. 

La négociation conventionnelle devrait débuter en novembre pour s'achever en février. 

[avec LesEchos.fr

 

Négociation conventionnelle : la FMF dénonce le "deux poids, deux mesures" 
Alors que le PLFSS 2021 a prolongé la durée de la convention médicale jusqu'en 2023 compte tenu des élections aux URPS du printemps dernier, la FMF "s'étonne" de constater que la négociation avec les pharmaciens va, elle, bien pouvoir se tenir avant l'élection présidentielle. Le syndicat dénonce ce "deux poids, deux mesures" et demande à ce que la convention médicale soit négociée "avec le même calendrier que les pharmaciens". 
6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…