Pénurie de praticiens : les dermatologues demandent une hausse du nombre d'internes

16/01/2024 Par Chloé Subileau
Démographie médicale
Pour faire face à la pénurie de praticiens, le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) propose des solutions "concrètes et innovantes". Alors que le nombre de dermatologues diminue en France, le SNDV appelle notamment à une augmentation du nombre d'internes de la spécialité, ainsi qu'à la création d'équipes de soins spécialisés (ESS).

  En dix ans, les dermatologues ont perdu 10% de leurs effectifs. Pour faire face à la pénurie de ces spécialistes en France, le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) appelle à la mise en place de "solutions concrètes et innovantes". Parmi elles, "l'augmentation du nombre d'internes en dermatologie-vénérologie", souligne le syndicat dans un communiqué, publié le mercredi 10 janvier. "Aujourd'hui, la profession fait face à une pénurie inquiétante de médecins spécialisés en dermatologie-vénéréologie qui résulte notamment d’une politique d'absence d'augmentation du nombre de postes d'internes en formation (...) au fil des années", développe le SNDV. Le syndicat pointe également du doigt les modalités de formation et notamment la non prise en compte de la nécessité de développer les stages "auprès des dermatologues libéraux afin d'enseigner et de favoriser l'installation en milieu libéral des jeunes dermatologues formés", prolonge-t-il.

Au-delà de la formation, le SNDV milite pour le développement des équipes de soins spécialisés (ESS) pour permettre une meilleure réponse "aux besoins de la population". Il préconise également le recours à la télé-expertise, précisant que cette solution permet "de désengorger les cabinets et de prendre en charge plus rapidement les cas prioritaires". Pour pallier cette pénurie, le syndicat tient toutefois à rappeler qu'il ne privilégie pas "un nouveau diplôme universitaire en dermatologie d'un an proposé aux médecins généralistes alors que les dermatologues suivent eux une formation de cinq ans en dermatologie après le tronc commun de médecine". "Cette formation "express" ne permet pas d’aborder cette spécialité dans toute sa complexité et d’acquérir les mêmes connaissances et compétences que les dermatologues", insiste ainsi Luc Sulimovic, président du SNDV, dans son communiqué.   

 
Vignette
Vignette

Faut-il mieux encadrer la pratique de la médecine esthétique?

Patrick Sorbette

Patrick Sorbette

Non

Encadrer, non. Recadrer, oui, car on manque de dermato et autres qui se détournent de la médecine pour de l'esthétique. Là est le ... Lire plus

5 commentaires
2 débatteurs en ligne2 en ligne
Photo de profil de Jacques R
Jacques R est en ligne
1,5 k points
Débatteur Passionné
Biologie médicale
il y a 4 mois
On a sans doute confié à ceux qui avaient géré le numerus clausus la répartition des postes d'internes. ...Lire plus
Photo de profil de Véronique François
21 points
Anesthésie-réanimation
il y a 4 mois
Trop de dermatologues sont maintenant spécialisés en médecine esthétique......Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,2 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 4 mois
REBLOCHON a dit qu'on trouverait tous les médecins nécessaires à LAMPEDUSA:ben,YAKA!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17