Développement de l'exercice coordonné : vers la fin d'une "aberration" ?

06/01/2023 Par Adrien Renaud & Karen Ramsay
L’exercice coordonné se développe sur le territoire. Reste à savoir s’il deviendra, comme le souhaitent les autorités sanitaires, « la norme » dans les années à venir.

  « Une aberration » qui doit « disparaître à l’horizon de janvier 2022 ». Voilà comment Emmanuel Macron parlait de l’exercice médical isolé en septembre 2018 en présentant la stratégie «Ma santé 2022», qui a guidé la première partie de son premier quinquennat. L’échéance est arrivée, et bien que l’exercice isolé ne soit pas encore à ranger sur les étagères des musées, une chose semble claire: l’exercice coordonné a le vent en poupe et il sera la boussole des années à venir. C’est ainsi qu’AvecSanté, la fédération qui rassemble l’ensemble des maisons de santé du territoire, a pu présenter cet automne des chiffres encourageants : en septembre dernier, 2 127 MSP étaient en fonctionnement sur le territoire, et 7 millions de patients ont déclaré en 2021 un médecin traitant exerçant dans une MSP. Couverture du territoire La dynamique est d’autant plus du côté de la coordination que la maison de santé n’en constitue que l’un des niveaux, celui de la patientèle. À l’échelle territoriale, on observe un mouvement parallèle, avec le déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS). « Le gouvernement l’a annoncé : 2023 doit être l’année où l’ensemble du territoire doit  être couvert par les CPTS, rappelle David Guillet, infirmier libéral et président de la Fédération des CPTS (FCPTS). Cela doit se traduire par une accélération des appuis de la part des CPAM et des ARS. » Au 30 novembre dernier, la FCPTS relevait 738 CPTS sur l’ensemble du territoire, dont 361 en fonctionnement (contrat ACI signé). Au-delà de son expansion géographique, le mouvement des CPTS est par ailleurs en train de se structurer. « Nous travaillons par exemple à la constitution d’inter-CPTS pour dialoguer avec les groupements hospitaliers de territoire », poursuit David Guillet, qui se réjouit de voir que les CPTS peuvent désormais apporter des résultats concrets aux patients. « Dans le Grand Douai, par exemple, la CPTS a mis en place un numéro unique pour les soins non programmés, et a réussi à se faire connaître de la population et à aider l’hôpital à retrouver sa mission de gestion des vrais urgences », illustre-t-il. Un point qui constitue pour lui désormais l’enjeu de l’année qui s’ouvre : montrer aux usagers que lorsque les professionnels se coordonnent sur leur territoire, c’est leur santé qui s’en trouve améliorée.  

GÉNÉRALISTES EN SOLO: UNE ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION

Début 2022, 69% des médecins généralistes libéraux qui ont au moins quatre ans d’ancienneté déclarent exercer en groupe au titre de leur activité principale, précise une étude de la Drees publiée le 26 octobre. Une «progression» depuis 2010 carcela concernait 54% des MG fin 2010 et 61% début 2019, précise l’instance. Largement plébiscité par les médecins âgés de moins de 50 ans – 87% contre 75% pour les 50-59 ans et 53% pour les 60 ans ou plus – et les femmes (80%), ce mode d’exercice s’est imposé au cours de la carrière professionnelle : 22% des médecins qui exerçaient seuls en 2019 font partie d’un cabinet de groupe trois ans plus tard. Si 29% des MG exercent en groupe monoprofessionnel, cette modalité d’exercice devient moins fréquente : ils étaient 34% en 2019, dont la majorité se regroupent dans des cabinets composés uniquement de généralistes. A contrario, l’exercice en groupe pluriprofessionnel concerne 40% des MG en 2022, soit près de 60% des médecins installés en groupe, alors qu’ils étaient moins de la moitié en 2019.
K.R

Consultez les autres articles de notre dossier : ​Démographie médicale : le pire est à venir "Corporatisme des médecins" ou "paramédicaux qui veulent jouer au docteur" : le partage d'acte divise les soignants

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17