Une étude suggère que certains anticorps protègent contre une réinfection à Covid-19 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Une étude suggère que certains anticorps protègent contre une réinfection à Covid-19

D’après une courte étude parue sur le site de prépublication scientifique Medrxiv, des chercheurs estiment que la présence d’anticorps neutralisants d’une infection antérieure protégerait contre une réinfection à Covid-19. Des résultats à prendre toutefois avec des pincettes.

 

Trois membres d'équipage d'un bateau de pêche de Seattle qui avaient des anticorps capables de neutraliser le nouveau coronavirus n'ont pas été réinfectés lors d'une épidémie de Covid-19 qui a frappé la majorité des personnes à bord, selon une étude. "La présence d'anticorps neutralisants d'une infection antérieure était significativement associée à une protection contre la réinfection", concluent ainsi les chercheurs de l'Université de Washington et du Fred Hutchinson Cancer Research Center de Seattle.

Cette petite étude, parue sur le site de prépublication Medrxiv et non dans une revue avec évaluation par des pairs, est l'une des premières chez l'humain à suggérer un lien entre les anticorps neutralisants - ceux qui empêchent le virus de s'arrimer aux cellules - et la protection contre l'infection. 120 personnes sur 122 ont été testées avant de monter à bord du bateau de pêche en mai, pour détecter à la fois la présence du virus actif et les anticorps dans le sang indiquant une infection antérieure. Aucun des membres d'équipage n'a alors été testé positif pour le virus, mais six l'avaient déjà contracté auparavant et avaient donc des anticorps dans le sang.

Au retour du bateau, une grande majorité des membres de l'équipage (85,2%) avaient été contaminés par le virus dont trois parmi ceux qui avaient des anticorps dans le sang avant le départ. Mais ceux qui sont restée indemnes avaient des anticorps neutralisants prouvés. Quant aux trois autres, le fait qu'ils aient été réinfectés pourrait s'expliquer par le fait que leur première infection, légère ou asymptomatique, ait entraîné une production éphémère d'anticorps ou à un niveau trop faible pour les protéger. Les chercheurs n'excluent pas non plus la possibilité que le premier résultat sérologique soit un "faux positif".

Pour Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'université de Nottingham, qui n'a pas participé à l'étude, "cela suggère que les personnes qui ont déjà été exposées au virus sont susceptibles de...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…