Obésité : dans une étude de phase 2, le retatrutide, un triple agoniste des récepteurs du GIP, du glucagon et du GLP1 démontre son efficacité

08/08/2023 Par Pr Philippe Chanson
Endocrinologie-Métabolisme
Le retatrutide (LY3437943) est un agoniste des récepteurs du GIP, du GLP1 et du glucagon. Pour connaître les effets dose-réponse, les effets secondaires, la sécurité et l'efficacité de ce médicament dans le traitement de l'obésité, un essai de phase 2, en double aveugle, randomisé, contrôlé par placebo, a été mis en place, incluant des adultes ayant un IMC supérieur à 30 kg/m2 ou entre 27 et 30 kg/m2 associé à une comorbidité liée à l’obésité.

Les participants ont été randomisés pour recevoir du rétatrutide sous-cutané (1 mg, 4 mg [dose initiale, 2 mg], 4 mg [dose initiale, 4 mg], 8 mg [dose initiale, 2 mg], 8 mg [dose initiale, 4 mg] ou 12 mg [dose initiale, 2 mg]) ou un placebo une fois par semaine pendant 48 semaines. Le critère d’évaluation principal était le pourcentage de variation du poids corporel entre la valeur basale et la 24éme semaines. Les critères d'évaluation secondaire comprenaient la variation en pourcentage du poids corporel entre la valeur basale et la 48éme semaine et une réduction de poids de plus de 5 %, de plus de 10 % ou de plus de 15 %. L’étude a porté sur 338 adultes, dont 51,8 % étaient des hommes. Le pourcentage moyen de variation du poids corporel à 24 semaines dans les groupes retatrutide était de −7,2 % dans le groupe 1 mg, −12,9 % dans le groupe combiné 4 mg, −17,3 % dans le groupe combiné 8 mg et −17,5 % dans le groupe 12 mg, contre −1,6 % dans le groupe placebo. À 48 semaines, la variation moyenne dans les groupes retatrutide était de −8,7 % dans le groupe 1 mg, −17,1 % dans le groupe combiné 4 mg, −22,8 % dans le groupe combiné 8 mg et −24,2 % dans le groupe 12 mg, contre −2,1 % dans le groupe placebo. À 48 semaines, 92 % des participants qui ont reçu 4 mg de retatrutide avaient une réduction ≥ 5 % de leur poids, 75 % avaient une réduction ≥10 % et 60% une réduction ≥15 % de leur poids. Parmi ceux qui ont reçu 8 mg, 100 % avaient une réduction ≥ 5 % de leur poids, 91 % avaient une réduction ≥10 % et 75 % une réduction ≥15 % de leur poids. Enfin, 100 % de ceux qui ont reçu 12 mg retatrutide ont réduit leur poids de ≥ 5%, 93 % ont réduit leur poids de ≥ 15% et 83 % de ≥ 25%; alors que sous placebo, 27 % ont réduit leur poids de ≥5%, 9 % ont réduit leur poids de ≥15% et seuls 2 % l’ont réduit de plus de 25%. Les effets indésirables les plus fréquents dans les groupes retatrutide étaient gastro-intestinaux ; ces événements étaient liés à la dose, étaient pour la plupart d'intensité légère à modérée et ont été partiellement atténués avec une dose initiale plus faible (2 mg contre 4 mg). Les augmentations dose-dépendantes de la fréquence cardiaque ont culminé à 24 semaines et ont diminué par la suite. Chez les adultes obèses, un traitement au retatrutide pendant 48 semaines permet des réductions importantes du poids corporel chez une majorité de patients.

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
7 débatteurs en ligne7 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17