Maladie de Lyme : 30% des tiques porteuses d'un agent infectieux

28/04/2021 Par Marion Jort
Infectiologie
Près de 30% des tiques analysées dans le cadre d'un programme de recherche participatif mené par l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement étaient porteuses d'un agent infectieux pour l'être humain, dont la bactérie responsable de la maladie de Lyme.  

 

Lancé en 2016 et coordonné par l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) en partenariat avec l'Université de Lorraine, de l'Anses et du CPIE Nancy Champenoux, ce programme de recherche a été mené dans le cadre du plan de lutte contre la maladie de Lyme 

Sur "plus de 2.500 tiques analysées", 15% des tiques qui piquent les êtres humains étaient porteuses de (la) bactérie Borrelia bugdorferi sensu lato, responsable de la maladie de Lyme, et "14% étaient porteuses d'un autre agent pathogène potentiellement dangereux pour la santé humaine et animale", précise l’Inrae. Ces tiques font partie des "plus de 35.000 tiques transmises" par des habitants dans le cadre du programme de recherche participatif CiTique, qui vise à établir "une cartographie du risque de piqûres de tiques sur le territoire", notamment via l'application "Signalement tique". 

L’étude a permis d’établir que la proportion de tiques infectées est plus élevée dans le Nord et l'Est de la France (jusqu'à 43% dans la région Bourgogne-Franche-Comté), alors qu'elle tombe à 18% et 19% en Bretagne et dans les Pays de la Loire. Autre enseignement de cette campagne de "collecte" de tiques : "alors qu'entre 2017 et 2019, 28% des personnes avaient déclaré s'être fait piquer dans un jardin privé en France, le taux de déclaration des piqûres dans ce lieu s'est élevé à 47% entre mars et avril 2020", lors du premier confinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.  

Ce résultat vient "confirmer l'importance du risque de piqûres dans les jardins, ce milieu familier étant souvent moins perçu comme à risque par les particuliers que les sorties en forêt", souligne l'Inrae dans un communiqué.  L'institut annonce également le lancement d'un "nouveau volet" de CiTique, avec des "recherches spécifiques" ciblées sur "les jardins privés des communes du Grand Nancy et alentours", "pour améliorer la compréhension de ce phénomène" et "rendre visible ce risque auprès des pouvoirs publics, des citoyens et des professionnels de santé". 

En 2019, les autorités sanitaires ont officiellement répertorié 50.133 cas de maladie de Lyme en France métropolitaine, principalement dans le Grand Est, la Bourgogne-Franche-Comté, l'Auvergne Rhône-Alpes et la Nouvelle Aquitaine. 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17