Maladie d’Alzheimer : se préparer à l’arrivée des premiers anticorps anti-amyloïde

12/01/2024
Neurologie
L’octroi d’AMM européenne aux premiers anticorps monoclonaux indiqués dans les formes débutantes de la maladie d’Alzheimer, - notamment le lécanémab (Leqembi) déjà approuvé aux Etats-Unis - , est attendu dans les prochains mois. Cela pose la question des conditions d’utilisation de ces médicaments et, notamment, de leurs restrictions d’emploi. 

 

Le Pr Olivier Hanon (hôpital Broca, Paris) rappelle à ce sujet les critères de sélection des patients inclus dans les essais cliniques, comme un MMSE compris entre 22 et 30 pour le lécanémab et entre 20 et 28 pour le donanémab, ainsi qu’une amylopathie prouvée (LCR, TEP amyloïde) et aussi les divers critères d’exclusion, parmi lesquels de nombreux types de lésions à l’IRM (microsaignements, microangiopathie cérébrale sévère, état multilacunaire, infarctus cérébral récent…) et un suivi impossible par ce type d’imagerie. Le spécialiste pointe également la survenue possible d’Aria (Amyloid Related Emaging Abnormalities) de type E (oedèmes) ou H (microhémorragie), visibles à l’IRM, heureusement accompagnés rarement (0,6%) de symptômes cliniques. D’autres points à prendre en compte sont représentés par davantage d’ARIA-H chez les sujets homozygotes ApoE4-E4, un risque majoré de macro-hémorragies cérébrales chez des patients sous anticoagulant et les hypertensions artérielles mal contrôlées (en France, seulement un hypertendu sur quatre est convenablement contrôlé). 

Au total, la proportion de patients éligibles apparaît actuellement faible, souligne le Pr Hanon : 12% selon une étude italienne et 8% d’après une étude américaine. 

"Dans ce contexte, il va falloir étayer les conditions médicales justifiant les contre-indications et savoir expliquer aux patients et à leur entourage les restrictions d’indication de ces produits", souligne le Pr David Wallon (Centre mémoire de ressources et de recherche de Rouen). "Cela implique notamment une meilleure compréhension de la maladie et de ses différents stades par tous les acteurs, ainsi que de poser les limites des interventions thérapeutiques", poursuit ce dernier. 

 

Le défi du diagnostic précoce 

"Ralentir d’environ 30% l’évolution d’une maladie d’Alzheimer par des anticorps anti-amyloïde administrés à un stade clinique précoce est un résultat inespéré", souligne la Dre Claire Paquet (hôpital Lariboisière, Paris). "Pour autant, une seule molécule ne saurait traiter une pathologie qui évolue silencieusement une vingtaine d’années avant l’apparition des premiers symptômes."

S’agissant des Aria, le Dre Paquet invite à n’en pas surestimer le risque, tout en les surveillant bien sûr, en appelant également à lever l’ambiguïté entre les images IRM d’Aria et leur traduction clinique. 

Parmi les défis identifiés par le médecin, le premier est représenté par le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, dans lequel les médecins traitants sont appelés à jouer un grand rôle, souligne-t-elle, suivi par la gestion du nombre de patients demandeurs, en n’oubliant pas que les troubles de la mémoire ne se résument pas à la maladie d’Alzheimer et incluent aussi notamment la dépression, l’insomnie, les apnées du sommeil, l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance rénale ou encore l’alcoolisme. De ce point de vue, l’avènement des biomarqueurs sanguins devraient changer les choses. 

D’autre part, le suivi IRM devra aussi être rationnalisé. 

"La disponibilité des premiers anticorps anti-amyloïde devrait s’accompagner d’un certain temps de démarrage, mettant d’abord à contribution les centres experts, puis les 450 consultations mémoire couvrant le territoire français, ce qui nous permettra de nous organiser afin de pouvoir traiter par la suite un grand nombre de patients", conclut le Dre Paquet. 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

4 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Yves Adenis-Lamarre
3,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 6 mois
Et pan sur la tête des spécialiste en médecine générale, on peut lire : « en France, seulement un hypertendu sur quatre est convenablement contrôlé. », une raison de plus pour les trans...Lire plus
Photo de profil de Bernard Leve
3,8 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 6 mois
Il me semble pourtant que la piste de la substance amyloïde était remise en cause....Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17