Les symptômes neurologiques du Covid liés à une atteinte directe du cerveau par le virus

11/09/2020 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
Nombreux symptômes d’ordre neurologique, tels que les céphalées, les vertiges ou la confusion, sont rapportés en lien avec une infection Covid-19. Cependant les mécanismes physiopathologiques expliquant ce phénomène étaient jusqu’à présent non établis. S’agit-il d’une infection directe des neurones, ou plutôt d’un phénomène lié à l’inflammation ? On en sait un peu plus grâce à une étude qui vient d’être publiée, et qui montre que ces symptômes seraient le résultat d'une atteinte directe du cerveau par le coronavirus.

  Selon l'étude, dirigée par Akiko Iwasaki, immunologue de l'université de Yale, le virus est capable de se dupliquer à l'intérieur du cerveau, et entrainerait une hypoxie des cellules cérébrales avoisinantes. La fréquence de cette situation n'est pas encore claire. La Pr Iwasaki et ses collègues ont décidé d'approcher la question de trois manières : en infectant de mini-cerveaux créés en laboratoire (les organoïdes cérébraux), en contaminant des souris, et en examinant le cerveau de malades morts du Covid-19. Dans les organoïdes cérébraux, l'équipe a découvert que le virus était capable d'infecter des neurones puis de "pirater" le métabolisme du neurone pour se dupliquer. Les cellules infectées provoquaient la mort des cellules environnantes en les privant d'oxygène. L'un des principaux arguments contre la théorie de l'invasion directe du cerveau était que le cerveau n'a pas de niveaux élevés d'une protéine appelée ACE2, à laquelle le coronavirus s'accroche, et qui se trouve en abondance dans d'autres organes comme les poumons. Mais l'équipe a découvert que les organoïdes avaient assez d'ACE2 pour faciliter l'entrée du virus, et les protéines étaient aussi présentes dans le cerveau des patients décédés. Les chercheurs ont aussi examiné deux groupes de souris: l'un avait été génétiquement modifié pour avoir des récepteurs ACE2 seulement dans les poumons, l'autre seulement dans le cerveau. Les souris infectées aux poumons présentaient des lésions dans cet organe; les animaux infectés au cerveau ont, eux, rapidement perdu du poids et sont vite décédés, signe potentiel d'une létalité accrue quand le virus pénètre le cerveau. Les cerveaux de trois patients morts de complications sévères liées au Covid-19 présentaient aussi des traces du virus, à des degrés divers. S. Andrew Josephson, chef du département de neurologie à l'Université de Californie à San Francisco, a loué les techniques utilisées dans l'étude, disant que "comprendre s'il y a ou non une implication virale directe dans le cerveau est extrêmement important". Il a toutefois ajouté qu'il resterait prudent jusqu'à ce que les recherches fassent l'objet d'une évaluation par des pairs.

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17