La couverture vaccinale contre les papillomavirus a fortement progressé chez les ados en France

Si la campagne de vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) lancée dans les collèges à l'automne dernier n'a pas rencontré le succès escompté, elle a néanmoins permis de relever fortement la couverture vaccinale en France. En 2023, 55% des jeunes filles de 12 ans et 41% des jeunes garçons avaient reçu au moins une dose, d'après le bilan dressé par Santé publique France.

26/04/2024 Par Aveline Marques
Santé publique

55%. C'est le pourcentage de jeunes filles âgées de 12 ans ayant reçu au moins une dose de vaccin contre le HPV à la fin de l'année 2023. Soit une hausse de plus de 17 points de la couverture vaccinale par rapport à septembre de la même année, qui est largement imputable à la campagne de vaccination menée dans les collèges, en direction des élèves de cinquième. Chez les jeunes garçons du même âge, la couverture vaccinale une dose a atteint 41%, contre 26% avant la campagne.

De même, la couverture vaccinale contre le HPV est en augmentation chez les jeunes à partir de 15 ans : en 2023, elle est de 54.6% pour une dose chez les jeunes filles âgées de 15 ans (vs 47.8% l’année précédente) et de 44.7% pour le schéma complet chez les filles âgées de 16 ans (vs 41.5% en 2022). Chez les jeunes garçons, pour lesquels la vaccination n'est recommandée que depuis 2021, la couverture vaccinale en 2023 est de 25.9% pour la première dose à 15 ans (vs 12.8% l’année précédente) et de 15.8% pour les deux doses à 16 ans (vs 8,5% en 2022).

Lancée à l’automne 2023, la campagne de vaccination HPV pour les filles et les garçons scolarisés en classe de cinquième "a permis de proposer une vaccination gratuite et accessible au plus grand nombre, mais aussi de sensibiliser les jeunes et les parents à l’importance de cette vaccination", se félicite le ministère de la Santé dans un communiqué du 26 avril, estimant que cette campagne a "eu également un effet positif probable sur la vaccination en ville". Saluant des "résultats encourageants", le ministère souligne que cette "tendance à la hausse doit se poursuivre" car le vaccin prévient jusqu'à 90% des infections à HPV, responsables chaque année de 6000 nouveaux cas de cancers et de 30 000 lésions précancéreuses du col de l’utérus.

Si les couvertures continuent de progresser, elles restent inférieures à l’objectif de 60% à l’horizon de 2023 et de 80% à l’horizon 2030 pour les plus de 15 ans, relève Santé publique France.

Références :

Santé publique France, 26 avril 

 
Vignette
Vignette

Tous les médecins devraient-ils participer à la permanence des soins?

Michel Rivoal

Michel Rivoal

Oui

Il y a trois types de permanence des soins. La continuité dans le suivi des patients qui est globalement assurée mais qui trou... Lire plus

1 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Laurence C
561 points
Débatteur Renommé
Autre spécialité médicale
il y a 2 mois
Même si elle n'a été montée au pied levé que pour faire diversion pendant la crise des retraites, personne ne discute l'objectif de cette campagne anti HPV mais seulement sa méthode "originale" : Vacc...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17