HPV : la vaccination dans les collèges est "décevante", selon les spécialistes

15/01/2024 Par Mathilde Gendron
Santé publique
Lancée en octobre dernier, la campagne de vaccination contre le papillomavirus à destination des élèves de 5e n’a pas obtenu les résultats escomptés. Si l’ancien ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, avait reconnu que la vaccination n’était "pas aussi haute qu’on voudrait", ce jeudi, ce sont les spécialistes qui la juge "décevante". 

 

En octobre dernier, l’ancien ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, lançait une campagne de vaccination contre le papillomavirus dans les classes de 5e au collège. Alors que l’objectif était d’abord de vacciner 30% des élèves, le ministre de l’époque avait déclaré : "Je pense qu’on n’y sera pas". Finalement, l’objectif avait été revu à la baisse passant à 150 000 collégiens de 5e vaccinés, sur un total d’environ 800 000 élèves de collèges publics et privés sous contrat.  

A titre d’exemple, la région Grand Est, considérée comme une "bonne élève" au sujet de la vaccination, comptabilise, d’après les chiffres donnés par l’ARS, un total de 7 486 élèves vaccinés, alors que l’objectif était de 19 311. 

"On commence à avoir de premiers chiffres, mais pas encore pour toute la France. On estime qu'ont été vaccinés avec une première dose environ 10 à 15% des collégiens de 5e", informe, ce jeudi, le Pr Xavier Carcopino, président de la Société française de colposcopie et de pathologie cervico-vaginale (SFCPCV) et chef de service de chirurgie gynécologique à l'hôpital Nord de Marseille. La deuxième dose se fera quant à elle au mois de juin. Pour son confrère, le Pr Geoffroy Canlorbe, secrétaire général de la SFCPCV, l’objectif fixé était pourtant "modéré". "On s’attendait à mieux", estime-t-il.  

Selon la société, si les chiffres sont si mauvais, c’est en partie à cause d’une organisation "un peu lourde et compliquée". "Il faut plus et mieux communiquer sur l'importance de vacciner les jeunes adolescents avec un vaccin sûr et très efficace" pour "faire à l'avenir du cancer du col de l'utérus une maladie du passé", ajoute le Pr Carcopino. Même si "ce premier retour est décevant", selon le professeur, ce dernier assure qu’il est encore possible de "s'améliorer". En décembre dernier, l’ancien ministre de la Santé avait déclaré : "Je n'ai aucune difficulté à reconnaître qu'il y a des choses à adapter." 

 
[Avec AFP] 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

5 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Petit Bobo
2 k points
Débatteur Passionné
Autre spécialité médicale
il y a 5 mois
Pourquoi faire semblant de ne pas voir où est le problème ? Le problème n'est pas médical, le vaccin est certainement efficace, et réel l'intérêt en santé publique.. Le problème c'est la difficulté à...Lire plus
Photo de profil de Chambon Dominique
2,1 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 5 mois
Tu peux apprendre et transmettre à tes patients des faits (vérifiés) et des chiffres (vérifiés) - c’est un cancer transmissible: il « suffit » de rompre la chaîne de contamination, - 79% d...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,3 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 5 mois
A.RUSSEAU portait malheur déjà quand on voit la vaccination anti-C OVID.............................Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17