"Les externes ne seraient pas indispensables à l’hôpital ?" : la réplique de l’Anemf aux propos du Doyen

03/10/2023 Par Marion Jort
Externat Hôpital Syndicalisme
En colère contre plusieurs prises de position récentes du Doyen des doyens des facultés de médecine, l’Association nationale des étudiants en médecine de France a tenu à répondre au Pr Veber afin de contrer certaines de ses affirmations. Dans un texte qui nous a été adressé, l’Anemf défend notamment les statuts des externes et des internes.  

 

Certains sujets méritent d’être "réctifiés", affirme l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) dans une communication qui nous a été adressée ce mardi 3 octobre. Quatre jours après la publication d’une interview du président de la Conférence nationale des doyens des facultés de médecine sur Egora, l’organisation étudiante a souhaité répondre à certaines de ses affirmations… qui sont loin de lui avoir plu.  

Ainsi, "les internes joueraient de la dualité de leur statut", s’insurge l’Anemf au sujet d’une première déclaration du Doyen des doyens. "Ils n’ont pas été inclus dans l’optimisation de la permanence des soins, on peut sûrement le regretter… Mais il faut qu'eux-mêmes clarifient leur position. Quand cela les intéresse, ils se présentent comme des étudiants et là, brusquement, ils se présentent comme des professionnels. Il faut qu’ils lèvent cette ambiguïté. S’ils veulent être mieux payés, il faut qu’ils acceptent l’idée qu’ils ont une activité professionnelle", nous confiait précisément le Pr Veber. "Le statut des internes est effectivement double, reconnaissent de leur côté les étudiants en médecine, néanmoins, il est erroné d’interpréter les exigences de pédagogie pendant leurs études comme une manœuvre pour ne pas assumer leur rôle de professionnel de santé." 

Pour l’Anemf, en pratique, ce sont plutôt les institutions "qui jouent de cette dualité, comme lorsque le ministère de la Santé ajoute une quatrième année au DES de médecine générale comme mesure 'd’accès aux soins'". "Le statut d’étudiants, qui ont l’obligation de faire des stages, est utilisé en leur défaveur pour les obliger à travailler dans des conditions dégradées. Puis, les mêmes acteurs vont arguer que les internes de dixième année auraient été diplômés et qu’à ce titre leurs revendications d’encadrement sont superflues", écrit-elle, considérant qu’il n’y a "aucune contradiction" à être à la fois un professionnel de santé compétent et un étudiant qui a besoin d’apprentissage.  

 

Défense des externes 

De même, dans cette interview, le Doyen des doyens déclarait au sujet des externes : "J’ai lu dans leur communiqué qu’ils écrivaient être ‘indispensables au fonctionnement des services’, c’est faux. Ils nous aident quand ils le peuvent mais quand ils ne sont pas là, les patients sont soignés, et heureusement." "Les externes sont, dans de nombreux services hospitaliers, non seulement utiles, mais bel et bien indispensables", lui rétorque aujourd’hui l’Anemf. Dans un monde idéal, poursuit-elle, peut-être que les hôpitaux pourraient être suffisamment dotés en personnels pour fonctionner sans dépendre d’étudiants… mais, "la réalité actuelle est que nombre de services comptent sur ces étudiants pour assurer un fonctionnement fluide", assure-t-elle. "Cette dévaluation de leur travail, combinée à une rémunération insuffisante, est non seulement injuste, mais aussi contraire à la réalité du terrain. Nier leur importance et leur contribution revient à faire preuve de mépris envers ces futurs professionnels de santé, travaillant pour des salaires dérisoires, qui nécessitent d’être revalorisés", considère l’Anemf.  

Les étudiants ont aussi souhaité répondre au Doyen au sujet des violences sexistes et sexuelles (VSS). "Il est regrettable de constater que certaines idées reçues perdurent, en particulier l'idée que les VSS seraient principalement le fait d'étudiants entre eux", fait-elle savoir. Dans le milieu hospitalier, plus de la moitié des agressions sont perpétrées par des supérieurs hiérarchiques, révélait la structure dans une grande enquête. "Minimiser la responsabilité des cadres dans ces dérives revient à tacitement accepter de tels agissements, alors qu’il est impératif d'adopter une politique de tolérance zéro envers ces comportements inacceptables", considère donc l’Anemf.  

Enfin, l’organisation étudiante regrette que le Doyen ainsi que le Collège national des généralistes enseignants affirment que la médecine générale n’est pas confrontée à une baisse de l’attractivité aux ECN cette année et s’inquiète des débats législatifs qui "questionnent le rôle" de ces praticiens.  

 
Vignette
Vignette

Conseilleriez-vous à un étudiant en médecine de choisir la médecine générale pour spécialité ?

Nathalie Hanseler Corréard

Nathalie Hanseler Corréard

Non

Non Retraitée en 2020, j'ai beaucoup aimé ce métier, mais l'évolution avec manque de confiance et exigence des patients, risque d... Lire plus

22 commentaires
2 débatteurs en ligne2 en ligne
Photo de profil de Anne Yven
2,5 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 9 mois
D'abord, ça reste à voir...demandez aux chirurgiens comment ils font face à une grêve ou un manque d'internes au bloc opératoire, sans petites mains pour tenir les écarteurs. Et puis, les externes so...Lire plus
Photo de profil de Romain L
12,8 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 9 mois
Concernant le rôle des externes, je suis plutôt de l'avis du Doyen. Quand j'étais externe il y a 15 ans, mon rôle principal était de trier des biologies, ranger les dossiers et y écrire des observati...Lire plus
Photo de profil de Jules Baudot
34 points
Médecine générale
il y a 9 mois
Ce qui est sûr, c'est que sans externe, sans interne, sans étudiant tout court, il n'y a pas de doyen, et donc pas de doyen des doyens... Et ainsi : pas de reconnaissance, pas de voiture de service, ...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17