"Je suis dégoûté de la médecine générale" : les étudiants de retour dans la rue pour manifester contre la 4e année d’internat

17/11/2022 Par M.G. & Marion Jort

Un mois après une première grande mobilisation nationale contre l’ajout d'une quatrième année d’internat de médecine générale, des centaines de carabins sont retournés dans la rue, à Paris et dans les grandes villes de France. Entendant manifester jusqu’au retrait de la mesure du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, ils ont dénoncé un "passage en force" de la part du Gouvernement, "sans aucune concertation", et ont crié leur sentiment de "mépris".   A l’issue de la grande manifestation du 14 octobre dernier, qui a poussé dans la rue plus de 10.000 étudiants en médecine pour protester contre l’ajout d’une quatrième année d’internat de MG prévue dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, ils avaient prévenu : "On ne lâchera rien." Ce jeudi 17 novembre, les carabins étaient donc de nouveau mobilisés à l’appel de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf), de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et de l’Intersyndicale nationale des internes (Isni). "Et une, et deux, et trois réformes bâclées...", "coercition, c’est non, c’est non", ont notamment scandé plusieurs centaines d’étudiants, venus de partout en France. Les carabins s’étaient donné rendez-vous à Paris devant le Panthéon avant de rejoindre le ministère de la Santé. Ils ont été rejoints par les syndicats seniors : ReAGJIR, MG France et la FMF notamment, qui soutiennent leur mouvement et protestent contre la coercition.

Parmi les manifestants, beaucoup d’externes ont fait le déplacement. L’allongement de l’internat étant prévu pour la rentrée de septembre 2023, ils seront les premiers concernés par la mesure. A leurs côtés, les internes, eux, ont voulu défendre leurs droits et leur DES*. "Bran t’es foutu, les internes sont dans la rue", ont-ils menacé, alors qu’une étude révèle aujourd’hui que 50% des étudiants dont le premier choix était médecine générale aux ECNi l’an prochain remettent leur choix en question à cause de cette année supplémentaire.

Egora vous propose cinq témoignages de manifestants, qui expliquent pourquoi ils ont choisi de se mobiliser aujourd’hui.  

Maxime, étudiant en 5ème année 

"On manifeste aujourd’hui contre tous les amendements coercitifs et cette quatrième année de médecine générale qui nous est imposée. Je suis inquiet par le fait qu’on n'ait pas assez de maîtres de stage universitaire [MSU, NDLR] pour nous former alors qu’on manque déjà de généralistes dans les territoires. Je passe les ECNi dans deux ans et jusque-là, je souhaitais devenir MG… Mais je me rends compte que ces amendements qui sont passés, ces propositions de lois qui sont soumises à l’Assemblée nationale, ça m’a dégoûté de la profession. Cette spé, j’y pensais depuis longtemps mais désormais je pense que je vais m’orienter vers la gynécologie. Ce que j’espère en venant ici, c’est qu’on puisse nous voir, qu’on soit entendus. Je veux que François Braun sache qu’on n’est pas d’accord avec ce qu’il fait."    

Antoine, interne de médecine générale en 1ère année

"Je suis venu manifester contre les mesures coercitives, en particulier contre l’obligation à l’installation dans les déserts médicaux et la quatrième année d’internat de médecine générale alors qu’on en a déjà trois. Ce choix de spé, je l’avais en tête depuis longtemps. Si j’avais été concerné par la promotion de cette réforme injuste, je pense que ça m’aurait affecté notamment pour la préparation des ECNi. Pour moi, les trois années d’internat actuelles suffisent. J’ai le sentiment qu’on cherche à se faire du fric sur le dos des internes car nous sommes de la main d’œuvre pas cher. Cette quatrième année, je pense qu’elle n’a aucun intérêt pédagogique."    

Chloé, étudiante en 5ème année

"Je suis toujours externe mais je suis sûre de vouloir être médecin généraliste. J’entends autour de moi que certains intéressés par la spé s’en détournent… Moi, je n’ai pas changé d’avis car mon stage chez le praticien m’a vraiment convaincue et je ne me vois pas exercer à l’hôpital public, ce n’est pas quelque chose qui m’attire. Cela étant, ça ne veut absolument pas dire que je suis d’accord avec la mesure prise par le Gouvernement. Ma manière à moi de m’opposer à l'allongement de l’internat, c’est d’être là aujourd’hui."    

Delphine, médecin généraliste installée depuis 2011 à Cergy
"Je suis MSU, je soutiens donc évidemment les internes. Aujourd’hui, il y a une intersyndicale : les syndicats seniors, dont MG France auquel j’adhère, soutiennent les syndicats juniors pour sauver la médecine générale et surtout le statut de médecin traitant qui est en danger. Pourquoi en danger ? Car avoir un médecin traitant pour les soins primaires, c’est essentiel. L’excuse du désert médical pour accélérer les mesures d'accès direct m’inquiète. Dans les faits, je le ressens comme ça. Il faut aussi revaloriser le métier de médecin généraliste, y compris financièrement. 50% des jeunes qui voulaient devenir MG aux ECNi de l’année prochaine remettent leur choix en question… Je suis inquiète et je le répète : nous avons urgemment besoin d’une revalorisation et d’arrêter ce mépris."

 

Anaïs**, étudiante en 5ème année
"Je pense choisir pédiatrie aux ECNi l'an prochain, je ne suis donc pas directement concernée. Mais je me dis que s'ils allongent l'internat de médecine générale, pourquoi ils ne le feraient pas ensuite avec les autres spécialités ? Je soutiens les autres."

          *Diplôme d’études spécialisées **Le prénom a été modifié

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

Dominique Le Meitour

Dominique Le Meitour

Non

Revaloriser les actes infirmiers seraient déjà la première reconnaissance pour la profession. Le glissement de tâches médicale à m... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9