fac médecine

Doubler le nombre d'étudiants en médecine ? Cette hausse doit s'accompagner de "créations de postes", préviennent les doyens

Alors que Gabriel Attal a annoncé, samedi 6 avril, vouloir "quasi" doubler le nombre d'étudiants en deuxième année de médecine d'ici 2027, le président de la Conférence nationale des doyens de facultés de médecine s'inquiète de cette "augmentation massive". Cette hausse doit être suivie de "créations de postes de professeurs de médecine, de maîtres de conférences et de chefs de clinique" pour encadrer ces nouveaux effectifs, a indiqué, lundi 8 avril, le Pr Benoît Veber. 

09/04/2024 Par C. S. Moins de 5 min
Doyens
fac médecine

Faire passer le nombre d'étudiants en deuxième année de médecine de 1 800 à 16 000 en 2027 ? Cette augmentation, promise par Gabriel Attal samedi 6 avril, nécessite une nette hausse des moyens accordés aux facultés de médecine, a tenu à rappeler, lundi 8 avril, le Pr Benoît Veber. Interrogé par l'AFP, le président de la Conférence nationale des doyens des facultés de médecine estime qu'"il va falloir" que le Premier ministre "se donne les moyens de sa politique en accompagnant cette augmentation massive" du nombre de places en médecine par "des créations de postes de professeurs de médecine, de maîtres de conférences [et] de chefs de clinique pour qu'on puisse les encadrer"

Samedi 6 avril, Gabriel Attal a en effet affirmé vouloir élever le nombre d'étudiants en deuxième année de médecine de près de 10 800 aujourd'hui à 16 000 d'ici 2027. "Il y avait 8 150 places de médecine à l’université en 2017, on est monté à 10 000 en 2023. On va augmenter encore ces chiffres pour les porter à 12 000 par an en 2025 et jusqu’à 16 000 par an en 2027", a indiqué le chef de file du Gouvernement, dans la presse régionale. Un "quasi doublement" des effectifs, qui ne devrait toutefois pas produire ses effets avant 2035.

 

"Les facultés sont très proches de leur plafond en capacité de formation"

Selon le Pr Benoît Veber, "la plupart des facultés sont actuellement vraiment très proches de leur plafond en capacité de formation". Cette hausse de près de 50% représente donc "un défi" pour les structures universitaires "et, potentiellement, une inquiétude si elles ne sont pas accompagnées".

Ces craintes sont, en partie, partagées par Jérémy Darenne, président de l'Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf). "Parmi ces mesures, certaines sont démagogiques, d'autres irréalistes", a réagi le représentant syndical sur le réseau social X, en réponse aux annonces de Gabriel Attal. "On peine déjà à trouver des stages ou à faire passer des Ecos pour 8 000 étudiants, comment on pourrait doubler ce nombre en si peu de temps ?", a-t-il insisté.

 


Fin 2020, Emmanuel Macron a mis fin au numerus clausus dans le cadre de la réforme du premier cycle des études de médecine (R1C). Ce dernier a été remplacé par le numerus apertus. Toutefois, dans les projections actuelles de l'Etat - compilées par la Drees -, les effectifs de médecins en France stagneront jusqu'en 2027 - du fait notamment d'importants départs en retraite - avant de repartir à la hausse jusqu'en 2050. La densité médicale standardisée, qui tient compte du vieillissement de la population, devra elle attendre 2032 avant de progresser à nouveau, précise l'AFP.

Pour le Pr Benoît Veber, également doyen de la faculté de médecine de Rouen, il est donc urgent de rendre plus attractifs financièrement les postes des médecins enseignants. "Il y a des disciplines qui dans deux, trois, quatre ans n'auront plus de professeurs" dans certaines villes, comme "la dermatologie, la chirurgie pédiatrique, et l'anatomo-pathologie", a-t-il souligné.

[avec AFP]
 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

5 commentaires
3 débatteurs en ligne3 en ligne
Photo de profil de Benoît Rabier
321 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
Que ferons nous de tous ces confrères quand le Gouvernement actuel aura dispersé les tâches médicales aux les pharmaciens, MKDE, IDE, IPA? Les politiques supprimeront les IPA, les consultations infirm...Lire plus
Photo de profil de Bernard Leve
3,4 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 1 mois
Et les sous on les trouve où avec une faillite qui nous pend au nez ?...Lire plus
Photo de profil de David Durand
860 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
Démagogie, démagogie et encore démagogie......Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17