Arrêts de travail : non, l'Assurance maladie ne veut pas "à tout prix sanctionner" les médecins, défend Fatôme

12/09/2023 Par Aveline Marques
Assurance maladie / Mutuelles
Dans une tribune publiée par Le Figaro, le directeur de la Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) défend son plan d'actions visant à "contenir les dépenses" d'indemnités journalières. L'objectif est avant tout d'"accompagner" les médecins, assure-t-il. 

 

A quelques jours de la présentation par le Gouvernement du projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2024, le directeur général de la Cnam prend la parole pour justifier les actions en cours et à venir afin de "contenir" les dépenses d'IJ. Un enjeu "majeur" alors que "la dépense publique consacrée aux arrêts de travail s'élève à seize milliards d'euros", "l'équivalent de la moitié des dépenses de médicaments remboursés par l'Assurance Maladie", relève le patron de la Cnam. Or, si la durée moyenne des arrêts et leur fréquence ont augmenté entre 2010 et 2019 (avant l'effet Covid, donc) ce n'est pas uniquement du fait de facteurs structurels, souligne Thomas Fatôme, citant le rapport charges et produits présenté en juin dernier

Le directeur général de la Cnam défend donc le "plan d'actions transversal" déployé en cours d'année. "De ce plan d'actions, il n'a souvent été retenu ces dernières semaines que le contrôle des médecins 'sur-prescripteurs' d'arrêts de travail, donnant le sentiment d'une Assurance maladie voulant à tout prix sanctionner", déplore-t-il, soulignant que seuls 2% de médecins généralistes, "qui prescrivent deux à quatre fois plus par patient que leurs confrères ayant une patientèle similaire", sont concernés. "Ces opérations se déroulent dans un cadre clair, qui prévoit des échanges préalables, le respect du contradictoire et des voies de recours", insiste Thomas Fatôme. "Nous sommes loin des chiffres farfelus et du mécanisme de sanction aveugle que l'on voit décrits parfois", lance-t-il, précisant que 15 000 autres généralistes font quant à eux l'objet d'un "accompagnement". De même que les entreprises de plus de 150 salariés qui se distinguent par leur taux d'arrêts de travail. Et de citer encore le contrôle des assurés multipliant les arrêts courts ou les "actions de lutte contre la désinsertion professionnelle". 

La Cnam défend enfin une proposition visant à limiter à 3 jours au maximum la durée des arrêts prescrits à la suite d'un examen réalisé en téléconsultation. 

[avec LeFigaro.fr

Faut-il limiter à 3 jours la durée maximale des arrêts de travail prescrits en téléconsultation?

Jeanpaul Barre

Jeanpaul Barre

Oui

Pourquoi avoir besoin de la télé consultation ? Autant économiser 25€ avec la déclaration par le patient. ... Lire plus

2 commentaires
11 débatteurs en ligne11 en ligne
Photo de profil de Albert Dezetter
721 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 10 mois
La télémédecine, largement plébiscitée par les Caisses, et pourtant peu regardante sur les prescriptions, a ses revers. Le "silo de dépenses" prévu pour les arrêt de travail a été dépassé, et peu impo...Lire plus
Photo de profil de Thierry Lemoine
2,2 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 10 mois
Pour quelqu'un qui ne veut pas "sanctionner à tout prix", je trouve qu'il se comporte de la façon la plus efficiente pour y arriver sans le vouloir .... Car supprimer les réunions de conciliation pour...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,5 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
franchement,lui achèteriez-vous 1 voiture d'occasion?...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17