"Des scènes comme ça, je ne sais pas si beaucoup en vivront" : le vibrant hommage rendu à un généraliste retraité par ses patients | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Des scènes comme ça, je ne sais pas si beaucoup en vivront" : le vibrant hommage rendu à un généraliste retraité par ses patients

Des centaines de personnes émues aux larmes, applaudissant leur médecin franchissant pour la dernière fois la porte de son cabinet avant une retraite bien méritée… La scène s’est déroulée à Cergy, en décembre dernier. Après 40 ans d’exercice, le Dr Jacques Buvry a raccroché la blouse, non sans quelques larmes et sans avoir trouvé de successeur. Portrait d’un généraliste engagé, attaché à son précieux rôle de médecin de famille, pour lequel il a reçu une belle vague de reconnaissance et d’affection de la part de ses patients.  

31 décembre 2020. A quelques heures d’une retraite bien méritée après plus de 40 ans d’exercice à Cergy (Val-d’Oise), le Dr Jacques Buvry, 70 ans, termine de déjeuner en compagnie de sa femme, sa secrétaire et son conjoint quand on sonne à l’entrée. “Jacques, Jacques, il y a un truc dehors…”, lui lance un Cergyssois. Étonné, le généraliste ouvre la porte… Et découvre plus de 150 de ses patients l’attendant devant son cabinet, l’applaudissant et le hélant chaleureusement pendant de longues minutes. Malgré le froid et les masques, les sourires et l’émotion sont perceptibles. Surpris, ému, le praticien “lâche quelques larmes”, partagées par les familles venues ce jour-là.  

Sa retraite, le Dr Buvry a pourtant mis du temps à se décider à la prendre. En recherche d’un successeur depuis plus de cinq ans, c’est finalement ses petits-enfants qui l’ont poussé à franchir le pas, demandant avec insistance quand leur grand-père allait “enfin s’occuper d’eux”. Car jusque-là, ce sont ses 3.000 patients que le praticien prenait soin de soigner et même de bichonner. Sur le pont de 6h30 à 22h30, en visite à domicile, à l’Ehpad, en consultation libre et sur rendez-vous, le Dr Buvry s’est investi corps et âme pendant plusieurs décennies. Et ses patients lui rendent bien : après avoir préparé une surprise pour son départ, ils l’ont aussi couvert de cadeaux. A tel point qu’une pièce entière, chez lui, a été nécessaire pour tout réceptionner. “C’est émouvant. C’est émouvant, c’est émouvant”, répète-t-il la voix encore secouée par les souvenirs. “On se serait revu au temps où les Français tapaient dans les casseroles pour les soignants”, s’amuse-t-il. A la différence que cette fois, tous étaient là pour lui, leur généraliste.   

Une partie des cadeaux reçus par le médecin de la part de ses patients.

“Le Dr Buvry, je pourrai vous en faire un roman, des milliers de lignes”, nous raconte Emily, l’une de ses patientes. “J’ai eu deux cancers dans ma vie. Un à 8 ans, l’autre à 30 ans. C’est grâce à sa réactivité, à la prise au sérieux des symptômes même minimes que je suis encore en vie. En plus d’être d’une compétence qui se fait réellement rare, il est d’une gentillesse bienveillante et d’une rigueur paternelle. Il va me manquer, nous manquer à tous”, témoigne encore la jeune femme, elle aussi émue. Emily insiste d’ailleurs sur un point : “Jacques Buvry n’est pas un médecin traitant. C’est avant tout un médecin de famille.”

Modeste, le praticien n’insiste pas sur ce point. Pourtant… Pourtant, difficile, pour lui, de...

14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…