Pourquoi les patients toussent ? Théories farfelues de médecins du 18ème siècle

17/04/2021 Par Pr Jean-Claude Nouët
Histoire

Comment, à partir de l'observation des symptômes, les médecins du XVIIIe siècle trouvaient-ils la cause du mal et les traitements ? Des extraits de Consultations de médecins célèbres de l'Université de Montpellier, dont les volumes ont été publiés entre 1748 et 1751, nous en disent davantage sur les errements à cette époque.  Cet article est rédigé par le Pr Jean-Claude Nouët, ancien PU-PH et vice-doyen de La Pitié-Salpêtrière (AP-HP). 
L'extrait : 

"Vol.1, Consultation n°22-11 juillet 1743. Monsieur est attaqué d'une fièvre lente, il a des redoublements très marqués par l’augmentation de la chaleur, il a beaucoup maigri, ses forces ont considérablement diminué, il a craché le sang plusieurs fois ; [...] Le poulmon de Monsieur doit être regardé comme tuberculeux : il y a dans ce viscère des vaisseaux variqueux qui se crèvent et fournissent le sang avec les crachats ; quelqu’un des tubercules a déjà pris la route de la suppuration, & le malade est actuellement attaqué d’une phtysie pulmonaire. Pour bien développer les causes de cette maladie, on observera que Monsieur prit il y a six ans un bubon vénérien [suivi de] tumeurs lymphatiques en divers endroits ; l’on croit pouvoir assurer que la cause de ces tumeurs a produit dans les poumons les tubercules qui s’y trouvent actuellement & par conséquent la phtysie pulmonaire. »
«Vol.4, n°24-18 juin 1740. Le crachement de sang auquel Madame est sujette depuis cinq ou six ans doit être rapporté à la sécheresse & l’acrimonie de son sang, & en même temps à la ou des vésicules du poulmon, & au désordre général des parties composantes du sang, ainsi que des digestions fougueuses, qui augmentent les dispositions vicieuses de la masse du sang par le mélange continuel d’un chyle mal travaillé. Les redoublements fébriles qui arrivent sur le soir avec de médiocres sueurs, la diminution de l’embonpoint peuvent faire soupçonner quelque tubercule dans la poitrine. »
«Vol.5, n°17. Non daté. La difficulté de respirer, la toux fréquente, une petite fièvre continue qui augmente le soir, quelques sueurs vers le matin, la diminution d’embonpoint, tous ces symptomes ne nous permettent pas de douter de la présence de plusieurs tubercules au poumon. Le crachement d’humeurs purulentes et l’hémoptysie qui a précédé en sont des preuves certaines. La cause de cette maladie se rapporte à l’épaississement des humeurs qui engorge les vaisseaux jusqu’à les rompre. »
«Vol.8, n° 48-3 novembre 1733. Le crachement de sang auquel Mademoiselle est sujette par périodes depuis quatre années, dépend selon toute apparence des tubercules formés dans les vaisseaux lymphatiques du poulmon, qui gênant la circulation du sang, produisent la crevasse de quelques vaisseaux sanguins. Les tubercules, ou durillons lymphatiques sont l’effet de l’épaississement général de la lymphe et de la masse du sang, vice prouvé par la petite quantité des menstrues et les coliques digestives, tous symptomes qui supposent la trop grande consistance des sucs utérin, gastrique, et intestinal, leur âcreté et leur salure. »

*Extraits tirés de Consultations de médecins célèbres de l’université de Montpellier, en 10 volumes, 1748 à 1751, Paris.


Le décryptage :  Sur le millier de ces consultations accordées à des praticiens par des médecins de l’université, une quarantaine concerne des crachements de sang, la toux, la fièvre, l’amaigrissement, déjà reconnus être évocateurs d’une phtisie......

Connaissant son issue, les praticiens cherchaient le soutien d’une confirmation diagnostique et de conseils de traitement. Mais l’université restait accrochée aux dogmes de la quantité, de la qualité et de l’équilibre des humeurs, chyle, lymphe et sang, l’ensemble étant géré par une digestion bien réglée. Dans toutes leurs réponses, les "savants" recommandent avec autorité et certitude les purgations, le petit-lait, les bouillons de verdure et de viande d’animaux divers, dont tortue, écrevisse ou cloporte. Parfois, ils avancent des concepts physiologiques farfelus, tel un équilibre entre le flux menstruel et l’hémoptysie, l’insuffisance de l’un entraînant la survenue de l’autre (vol. 3, n°77).  

Et la contagiosité ? Une seule consultation l’évoque : "On voit depuis quelques mois la maladie devenir populaire et épidémique [et l’on pense à] une cause générale et répandue dans l’air qui agit en épaississant le sang et la lymphe bronchiale "(vol. 4, n°27-19 mars 1743). Rappelons qu’alors le scorbut (dit "peste de mer") était affirmé contagieux.Arriveront bientôt (enfin !) des progrès majeurs : découverte de la percussion thoracique (Auenbrugger, 1761) et celle du stéthoscope (Laennec, 1818). Pour autant, la vraie "guérison" de la tuberculose pulmonaire humaine attendra la streptomycine de Waksman en 1942.

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

0 commentaire





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17