Face à la menace nucléaire russe, une ruée vers l’iode ?

04/03/2022 Par Pauline Machard
Certains pharmaciens recevraient des demandes de pastilles d’iode depuis que le président russe, Vladimir Poutine, a annoncé mettre en alerte “la force de dissuasion russe”, et donc, sa composante nucléaire.  

Il y a les annonces. Et leurs effets. Les menaces de Vladimir Poutine d’utiliser l’arme nucléaire auraient, elles, conduit les Belges aux comptoirs des pharmacies, rapportent plusieurs médias du plat pays. Leur objectif ? Se procurer des pastilles d’iodure de potassium, ou iode stable. “En cas d’accident nucléaire, ce composé protège la thyroïde de l’iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l’environnement”, explique Le Parisien. En Belgique, ces comprimés sont distribués gratuitement en pharmacie, notamment en raison d’un parc nucléaire en mauvais état, fait savoir Courrier International.  

Et en France, y a-t-il une demande ? “On a vu depuis ces derniers jours une recrudescence des demandes”, déclare à France Bleu un pharmacien conseiller ordinal en Nouvelle-Aquitaine. “Jusqu’à présent, il n’y avait aucune demande. Là, on a eu en trois jours une dizaine de personnes inquiètes d’un accident nucléaire et demandeuses”, témoigne un autre au Parisien. Philippe Besset, le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), relativise dans les colonnes du quotidien francilien, parlant à ce stade de “cas isolés” et de crainte infondée.  

Le Parisien rappelle qu’en France, “à l’heure actuelle, seules les pharmacies situées à proximité d’un site nucléaire sensible sont censées avoir des stocks d’iode”. Au média, le président de la FSPF indique que “toutes les pharmacies du pays peuvent être mobilisées par les préfets, pour délivrer des pastilles d’iode en cas de risque, mais rien de tel n’est activé à l’heure actuelle” et il précise qu’ “on aurait les stocks nécessaires, si nécessaire”. 

Contactée par le quotidien francilien, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a insisté sur le fait que l’iode stable est “un médicament à prendre dans un cas très précis, et sur ordre des autorités”.  

[Avec Le Vif, Le Parisien, La Voix du Nord, Courrier International, France Bleu]

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17