Les soignants non vaccinés contre le Covid "ne seront pas réintégrés", tranche François Braun | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Les soignants non vaccinés contre le Covid "ne seront pas réintégrés", tranche François Braun

Les soignants suspendus car non vaccinés contre le Covid ne seront pas réintégrés. Alors que l'hôpital est à bout de souffle et que le manque de personnel fait craindre un été chaotique, le ministre de la Santé avait sollicité l'avis de la Haute Autorité de santé (HAS) et du Conseil consultatif national d’éthique (CCNE). La HAS vient de se prononcer en faveur du maintien de l'obligation de vaccination contre la Covid-19 des personnels exerçant dans les établissements de santé et médico-sociaux. Le Gouvernement a annoncé suivre cet avis. 

 

"L'académie de médecine, le Conseil scientifique et la Haute Autorité de santé ont un avis convergent (...) il est négatif" et "on suit l'avis des scientifiques", a annoncé ce vendredi 22 juillet le ministre de la Santé François Braun, lors d'un déplacement en Seine-et-Marne. "Ils ne seront pas réintégrés", a-t-il ensuite confirmé sur Cnews. 

"Dans le contexte d'une 7e vague, au vu de l'efficacité des vaccins et des incertitudes concernant la suite de l'épidémie", la HAS considère en effet "que les données ne sont pas de nature à remettre en cause aujourd'hui" l'obligation vaccinale des soignants, en vigueur depuis le 15 septembre dernier.  

La HAS justifie sa décision par le contexte actuel marqué par une nouvelle vague épidémique due au sous-lignage BA.5 du variant Omicron. "L'augmentation du taux d'incidence de la Covid-19 commence à ralentir mais se maintient à un niveau très élevé, avec une hausse marquée des admissions à l'hôpital et des décès ", précise l'instance scientifique. 

La HAS ajoute que "la disponibilité de vaccins sûrs et efficaces face au variant Omicron après une première dose de rappel, en premier lieu contre les formes sévères, mais aussi contre les infections" participe ainsi à la "limitation de la diffusion de l'épidémie". La protection vaccinale se situe entre 45 % et 55 % contre les infections symptomatiques et autour de 80 % contre les formes sévères dans les 3 mois suivant son injection, rappelle la Haute Autorité de santé.  

Alors que de nombreux soignants non vaccinés mettent en avant les effets indésirables du vaccin, la HAS indique que "la survenue d'effets indésirables graves après vaccination contre la Covid-19 est extrêmement faible". 

 

"Rejet" au sein des équipes

Également interrogé sur la question de la réintégration des soignants non vaccinés, le Conseil scientifique, lors de sa dernière conférence de presse, s'est dit "réservé".  Un "soignant doit privilégier l'ensemble des gestes et procédures pour ne pas contaminer les patients souvent fragiles qu'il prend en charge et pour limiter la survenue des clusters", souligne le Conseil, qui ajoute que "la réintégration de soignants non vaccinés dans les équipes hospitalières n'aura probablement pas d'impact sur l'amélioration de l'organisation hospitalière", mais risque de soulever "des problèmes de rejet au sein des équipes". 

Enfin l'Académie nationale de médecine s'est également "fermement opposée" à la réintégration des soignants non vaccinés, qui serait une "faute" selon elle. "La réintégration de professionnels de la santé non vaccinés au sein de l'équipe soignante compromettrait le climat de confiance et la cohésion qui doivent exister entre ses membres et avec les malades" et "mettrait en péril les malades fragiles", sans résoudre les difficultés actuelles de fonctionnement de l'hôpital, a justifié l'Académie. 

L'avis du Conseil national d’éthique (CCNE) n'a pas encore été rendu public. 

François Braun a indiqué qu'il réunirait "dès le début de la semaine prochaine les organisations syndicales pour leur expliquer la situation", "voir comment on envisage de s'en sortir peut-être dans quelques mois". "Ceux qui font courir le bruit que la réintégration des soignants allait permettre de régler tous les problèmes de l'hôpital demain, c'est totalement faux", a estimé François Braun. "Les derniers chiffres font état de 600 infirmières sur l'ensemble du territoire, donc ce ne serait pas la solution miracle." 

[Avec HAS et AFP] 

38 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…