Une entreprise française créé un boitier connecté pour analyser l'urine à domicile

10/01/2024 Par M.G.
E-santé
Pour aider les patients atteints de maladies rénales chroniques, l’entreprise française Iki a mis au point un boîtier connecté permettant le suivi nutritionnel via l'analyse d'urine. L'outil est présenté depuis ce mardi au salon de l’innovation technologique et électronique (CES) de Las Vegas. 

 

A partir de ce mardi 9 janvier, le Consumer Electronic Show (CES), le plus grand salon de l’innovation technologique et électronique auu monde, ouvre ses portes, comme chaque année, à Las Vegas, aux Etats-Unis. L’événement permet aux entreprises et aux start-up de présenter leur nouveau projet sur le marché américain. Parmi elles, Iki, une entreprise française basée à Toulouse (Haute-Garonne), qui a conçu un boîtier connecté permettant d’analyser ses urines. 

L’appareil, nommé Uriki, est destiné aux patients souffrant de maladies rénales chroniques. “C’est une solution de thérapie digitale comprenant un dispositif d’analyses urinaires connecté, relié à une application mobile pour transmettre au médecin et bénéficier à distance des recommandations sur l’alimentation selon les résultats des analyses”, indique Jean-Christophe Cau, le co-fondateur de l’outil.  

L’ingénieur et docteur en nanophysique a eu cette idée lorsqu’il est lui-même tombé malade, il y a sept ans. “J’ai eu des calculs rénaux qui ont nécessité deux fois mon hospitalisation et je me suis aperçu qu’il n’y avait pas de solution technologique pour analyser les urines, marqueurs de la nutrition et du risque de récidive de calculs rénaux”, reconnaît-il. 

 

Des urines analysées grâce à 10 biomarqueurs 

Pour utiliser l’appareil, il suffit pour le patient d’uriner sur une bandelette. Cette dernière doit ensuite être déposée dans un analyseur d’urines, ressemblant à une cartouche, qui contient 10 biomarqueurs différents (créatinine, pH, phosphate, urée, calcium, densité, sodium, acide urique, magnésium, citrate). En trois minutes, la cartouche va pouvoir analyser l’urine. “C'est comme une montre connectée. Lorsque le patient veut récupérer ses données et les envoyer à son équipe médicale, il lance une synchronisation. Les informations sont envoyées sur une plateforme web qui traite la donnée et fait l’interface avec l’équipe médicale qui peut ensuite adresser ses recommandations au patient”, poursuit le co-fondateur. 

Iki indique sur son site que ce dispositif permet de “renforcer les liens avec ses patients”, de bénéficier “d’un suivi collaboratif” et de “suivre quotidiennement le bon déroulement des recommandations prescrites”. 

Pour l’heure, douze cliniques françaises testent ce nouvel outil. Son expérimentation devrait être élargie à d’autres établissements de santé dès cette année. L’entreprise prévoit également une commercialisation du boîtier et a pour projet de créer de nouveaux lecteurs pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires, ou encore respiratoires. 

[Avec Le Parisien et France 3

 

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17