Vente de médicaments à l’unité : le dispositif peine à convaincre

02/05/2023 Par Pauline Machard
Médicaments
Un an après son autorisation en France, la vente de certains médicaments à l’unité dans les pharmacies reste marginale.  

 

"0,1%". C’est la part que représente la dispensation à l’unité de médicaments, sur le total des actes de délivrance de médicaments remboursables par an réalisés par les pharmaciens, soit sur 600 millions d’actes, fait savoir Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), interrogé par l’AFP.  

Un an après l’autorisation en France de la vente de certains médicaments à l’unité dans les pharmacies, en vue de lutter contre le gaspillage et la résistance aux antibiotiques, le constat est implacable : le dispositif facultatif – entré en vigueur en mai 2022 et qui ne concerne qu’une petite partie des médicaments – reste marginal et peine à convaincre les acteurs du médicament.  

 

Une "petite mesure, à faible efficacité"

Comment l’expliquer ? Carine Wolf-Thal, la présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, fait valoir que "des questions qu’on avait il y a un an n’ont toujours pas trouvé de réponse. Ça reste une petite mesure, à faible efficacité, et qui n’a pas été réellement étudiée en amont pour bien en mesurer les gains". "Si le pharmacien doit mettre ses comprimés dans un contenant, si ce contenant est en plastique, s’il faut refaire des étiquettes, réimprimer une notice… Pas certain que le bilan soit positif par rapport à une boîte en carton", relève-t-elle. La dispensation à l’unité, en France, contraint en effet le pharmacien à ouvrir les boîtes, placer les comprimés prescrits dans un nouveau conditionnement pour le transport et la conservation, imprimer une notice d’information, tout en assurant le suivi des unités délivrées. L’Assurance maladie rembourse un euro à l’officine pour chaque vente.  

Pour la direction générale de la Santé, en revanche, "ce dispositif présente un intérêt sur le plan sanitaire, environnemental, et potentiellement financier. Il contribue à éviter l’automédication inappropriée (consommation des unités restant dans les boîtes) et à réduire le gaspillage des médicaments non consommés financés par la Sécurité sociale". "La présence croissante de résidus pharmaceutiques dans l’environnement et les tensions d’approvisionnement sont des situations qui permettent d’envisager un déploiement de la dispensation à l’unité d’autres médicaments", prévient la DGS, tout en précisant n’avoir pour l’heure entrepris aucune démarche sur le sujet auprès des industriels du secteur pharmaceutique.  

[Avec AFP] 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17