Le Gouvernement envisage de revoir la liste des affections de longue durée

11/03/2024 Par Louise Claereboudt
Au micro de Franceinfo, vendredi 8 mars, le ministre délégué à la Santé, Frédéric Valletoux, a indiqué que l'exécutif allait "interroger la pertinence" de la liste des ALD, qui date des années 1980. 

 

"Les ALD concernent 20% de nos concitoyens, c'est-à-dire 13 millions de Français. […] Cela représente les deux tiers des remboursements par l'Assurance maladie. Il n'est donc pas illégitime, illogique, comme cela a été fait régulièrement, d'interroger [...] la pertinence de ces dispositifs", indiquait Frédéric Valletoux, ministre délégué à la Santé, mardi 27 février à l'Assemblée nationale. Une déclaration qui a aussitôt provoqué l'indignation de 25 associations de malades chroniques, dont Renaloo ou encore Vivre sans thyroïde.  

Ces dernières craignent le "démantèlement" du dispositif, qu'elles considèrent comme un "édifice". "Nous refusons d'être désignés à la vindicte populaire comme responsables des déficits du système de santé, de nous excuser d'être de plus en plus nombreux", ont-elles ainsi écrit au ministre délégué à la Santé. 

Ces associations "ont eu une lecture peut-être un peu rapide des propos que j'ai eus", a réagi Frédéric Valletoux au micro de Franceinfo, vendredi 8 mars. "J'ai bien dit qu'on ne toucherait pas aux ALD dans le sens où ceux qui nécessitent d'être accompagnés dans leur pathologie, dans leur maladie, continueront à l'être par la solidarité nationale, par le système d'assurance maladie. C'est un fait acquis. Il n'est pas question de donner un coup de canif à ce qui est au cœur de notre pacte social", a tenté de rassurer l'ancien président de la Fédération hospitalière de France (FHF). 

Le ministre a toutefois indiqué qu'il était légitime d'"interroger" la "pertinence" de la liste des affections de longue durée, qui "date des années 1980", au regard des "progrès médicaux" qui ont été faits depuis. "L'idée n'est pas de restreindre les droits mais de voir s'il est toujours pertinent de faire figurer" certaines pathologies sur cette liste, a-t-il ajouté. Frédéric Valletoux a d'ailleurs précisé qu'un "travail" était en cours à ce sujet. 

"Il s'agit simplement d'ouvrir une discussion avec les associations de patients, avec les médecins, de manière décontractée", a-t-il poursuivi. Selon lui, "c'est de la bonne gestion de s'interroger. Et peut-être qu'à l'arrivée on ne touchera rien", a-t-il conclu.  

[avec franceinfo et AFP] 

8 commentaires
33 débatteurs en ligne33 en ligne
Photo de profil de Fabien Bray
5,3 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 4 mois
Revoir la liste, chiche, alors question simple : Lesquelles on enlève monsieur Valletoux ? C'est pas compliqué y a une liste de 30 affections, et pour certaines comme les cancer l'ALD s'arrête toute s...Lire plus
Photo de profil de Jacques R
1,5 k points
Débatteur Passionné
Biologie médicale
il y a 4 mois
La solution simple et équitable est de limiter pour tous le reste à charge annuel quelle que soit la pathologie inscrite ou non sur une liste plus ou moins complète et obsolète . L'avantage serait d’a...Lire plus
Photo de profil de Jp R
396 points
Débatteur Renommé
Autre
il y a 4 mois
Bien évidemment, Valletoux a l'intention claire d'économiser, il demande aux intéressés de choisir eux mêmes leur sanction. Trop aimable !...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17