"L’attitude des représentants des biologistes est inconsciente" : Braun condamne à son tour le boycott de Sidep

28/10/2022 Par Louise Claereboudt
Le bras de fer se poursuit entre le Gouvernement et les biologistes, qui ont entamé ce jeudi un boycott de la transmission des résultats des tests Covid dans la base Sidep en réponse au "coup de rabot" du PLFSS. Le ministre de la Santé a dénoncé une attitude "inacceptable" et "inconsciente".
 

Après le ministre du budget, Gabriel Attal, et le directeur général de la Cnam, Thomas Fatôme, c’est au tour du ministre de la Santé, François Braun, de réagir vivement à la suspension de la transmission des résultats des tests Covid dans la base Sidep par les biologistes. Ceux-ci ont entamé leur mouvement de protestation hier pour dénoncer le "coup de rabot" du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023, qui leur impose 1 milliard d'euros d'économies sous forme de baisses de tarifs d'ici à 2026, dont 250 millions dès 2023. "L’attitude des représentants des biologistes est inconséquente, inconsciente et inadmissible", a déclaré François Braun ce vendredi matin au micro d’Europe 1. "Je leur ai écrit pour leur dire", a-t-il précisé. "Ils prennent en otage l’ensemble de la population, ils nous rendent aveugles face à la gestion d’une épidémie qui tue encore. Donc j’espère qu’ils vont revenir à la raison et stopper ce genre de manœuvre […] alors que nous avions entamé des discussions, qui sont bien entendues arrêtées en ces circonstances."

A l’instar du ministre du Budget la veille, le ministre de la Santé a rappelé que tout le monde devait "faire un effort pour que notre système de santé, notre Sécurité sociale, puisse vivre", justifiant ainsi les 250 millions d’euros d’économies demandés au secteur dès 2023. "Je suis désolé de le dire, mais c’est un secteur qui a largement profité de la crise Covid" en passant de "900 millions de bénéfices en 2019 à 1.6 milliard en 2020 et à 3 milliards en 2021. Et ça, c’est l’argent de la Sécurité sociale je tiens à le préciser". "250 millions [d’euros] dans les circonstances actuelles des bénéfices faits par la biologie est un effort raisonnable", a-t-il conclu.

Dans un communiqué diffusé la veille, jeudi 27 octobre, en réaction au courrier envoyé par les ministres, l’Alliance de la biologie médicale (ABM) s’est défendue de prendre les Français "en otage". "Nous continuons les tests Covid en respectant les mêmes délais de délivrance des résultats. Simplement, en coupant la transmission des données Covid au Gouvernement nous travaillons gratuitement et nous le rendons en partie aveugle sur le suivi" de l’épidémie. "Pourquoi prendre le risque de désorganiser structurellement toute une filière qui est reconnue comme exemplaire pour régler une situation qui n’est que conjoncturelle ?" s’est interrogée, amère, l’ABM. "Une biologie au rabais serait désastreuse pour la santé publique et l’accès aux soins de nos concitoyens ! L’inquiétude du Gouvernement à la suite de l’arrêt de l’alimentation de Sidep en témoigne clairement", estime le réseau, qui affirme que la biologie "ne peut pas supporter à elle seule plus de 20% des économies demandées sur la Sécurité sociale alors qu’elle représente moins de 2% des dépenses de santé". Le secteur avait accepté de faire un effort sur l’année 2023, mais refuse que des baisses de tarifs sur les actes courants soient reconduites chaque année. "Nous étions prêts à travailler à une régulation tarifaire pour participer à la maîtrise des dépenses de santé. Nous le faisons d’ailleurs depuis 9 ans : la valeur globale des actes a baissé de 30% permettant à la Cnam de réaliser 5,2 milliards d’euros d’économie. Dans cette droite ligne, nous avons envoyé [jeudi matin] une contre-proposition à l’Assurance maladie. Cependant, si nous avons été reçus, nous n’avons jamais été entendus. Un dialogue n’est pas à sens unique", déplore l’ABM. "Les clés de sortie de ce conflit sont désormais entre les mains du Gouvernement et de l’Assurance maladie", prévient l’Alliance.   [avec Europe 1]

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17