La France suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca, annonce Macron

15/03/2021 Par Marion Jort
Santé publique
Après l’Allemagne et l’Italie, Emmanuel Macron a annoncé ce lundi après-midi la suspension du vaccin d’AstraZeneca en France à cause notamment d’effets secondaires chez des patients vaccinés.
 

Depuis quelques jours, les pays qui ont décidé de suspendre le vaccin AstraZeneca se succèdent. Après la Norvège, le Danemark et l’Islande la semaine dernière, l’Allemagne et l’Italie ont annoncé, cet après-midi, qu’ils suspendaient les injections avec ce vaccin. Une décision intervenant "après de nouvelles informations concernant des thromboses de veines cérébrales en lien avec la vaccination en Allemagne et en Europe", selon le ministère de la Santé allemand. Ce lundi 15 mars, Emmanuel Macron a donc, lui aussi, pris la décision de suspendre l’utilisation d’AstraZeneca en France, “par mesure de précaution”, dans l’attente de la décision de l’Agence européenne du médicament (EMA). "La décision qui a été prise, en conformité avec notre politique européenne, c'est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca, en espérant la reprendre le plus vite possible si l'avis est favorable", a déclaré le chef de l’Etat lors d'un point presse à Montauban. Un nouvel avis de l’EMA est justement attendu demain, mardi 16 mars, dans la journée.  Au total, une douzaine de pays ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca, malgré des campagnes de vaccination poussives, après le signalement d'effets secondaires "possibles" mais sans lien avéré à ce stade.  Le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme qu'il n'y a "aucune preuve de risque aggravé" de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'il n'y a "pas de raison de ne pas utiliser" ce vaccin. Par ailleurs, Emmanuel Macron a déclaré que des nouvelles décisions seraient sans doute à prendre dans les jours qui viennent pour lutter contre l'épidémie de Covid, en revendiquant des restrictions prises "de manière adaptée et proportionnée". Interrogé sur un possible reconfinement de l'Île-de-France, où les services hospitaliers de réanimation subissent une forte pression, le chef de l'Etat a appelé à regarder "la réalité de l'épidémie, ville par ville, territoire par territoire: c'est ce que nous faisons", a-t-il ajouté. 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Michel Lemariey-Barraud

Michel Lemariey-Barraud

Non

La vraie question est de savoir si on veut assurer correctement les usagers, ou asservir durablement les médecins. La CNAM, organi... Lire plus

0 commentaire
4 débatteurs en ligne4 en ligne





 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17