Euthyrox : le nouveau nom du Levothyrox ancienne formule

15/09/2017 Par Catherine le Borgne
Médicaments

L'ancienne formule du Levothyrox sera de nouveau accessible dans 15 jours, a annoncé Agnès Buzyn ce vendredi matin sur France Inter. Le laboratoire Merck a confirmé l'information, précisant que le médicament serait disponible sous le nom d'Euthyrox sur prescription médicale.

"Nous avons fait en sorte (...) que l'ancien Levothyrox soit accessible de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre, et ce sera disponible en quinze jours", a-t-elle déclaré sur France Inter.  "Et dans un mois, nous aurons des alternatives, c'est-à-dire d'autres marques, d'autres médicaments, qui permettront progressivement aux patients de pouvoir choisir le médicament qui leur convient le mieux", a indiqué Agnès Buzyn.

  La ministre a souligné que "l'ancien Levothyrox devrait normalement disparaitre puisque le laboratoire (Merck, ndlr) ne devrait plus le produire dans les années qui viennent". Quelques heures après l'annonce d'Agnès Buzyn,  Merck a confirmé que l'ancienne formule du Levothyrox serait disponible dans toutes les pharmacies d'ici 15 jours. "Toutes les pharmacies pourront s'approvisionner auprès de leur grossiste (...) comme elles le font à l'heure actuelle avec la nouvelle formulation", a indiqu'é Thierry Hulot, du laboratoire Merck. Ce retour à l'ancienne formule ne pourra se faire que sur prescription médicale, a-t-il précisé. "Il faut que tous les patients qui vont bien avec la nouvelle formulation y restent." Pour différencier l'ancienne et la nouvelle formule et éviter toute confusion, le laboratoire a confirmé au HuffPost avoir décidé de commercialiser l'ancienne formule sous le nom d'Euthyrox, le même nom que le Levothyrox à l'étranger.  La semaine dernière, le laboratoire Merck avait pourtant exclut tout retour à l'ancienne formule. "Il n'est pas du tout question de revenir à l'ancienne formule" du Levothyrox, avait déclaré à l'AFP une porte-parole de la filiale France du groupe allemand Merck KGaA. "Nous comprenons la détresse des patients, mais il n'y a pas de solution miracle. Il faut voir avec son médecin s'il y a un besoin de nouveau dosage, et si ce n'est pas le cas, il faut attendre que le corps s'habitue" à la nouvelle formule, a ajouté cette porte-parole. La nouvelle formule de ce médicament a été élaborée "à la demande de l'ANSM", l'Agence nationale de sécurité du médicament, et "dans l'intérêt du patient", car elle permet d'avoir une teneur en principe actif "beaucoup plus stable" que précédemment, sur la durée et d'un lot à l'autre, a-t-elle rappelé. "A ce stade il n'y a aucun effet indésirable dont la cause est liée au médicament. Les symptômes relatés sont classiques d'un dysfonctionnement thyroïdien, lié à une quantité de principe actif moins importante" dans la nouvelle version, ce qui peut "dérégler" certains patients, a-t-elle encore expliqué. Si les collectifs de patients ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme, certains soignants, sur les réseaux sociaux se montrent ironique ou sceptiques.    

 

  Trois millions de patients prennent du Levothyrox en France pour soigner l'hypothyroïdie ou après une opération de cancer de la thyroïde. Plus de 9.000 patients ont signalé des effets indésirables - crampes, maux de tête....- de la nouvelle formule du Levothyrox et une pétition réclame le retour à l'ancienne formule. Douze plaintes (non assistance à personne en danger, mise en danger de la vie d'autrui, atteinte à l'intégrité de la personne et tromperie sur les qualités substantielles du médicament aggravée par une atteinte à la santé), ont été déposées au Parquet de Paris et une cinquantaine de nouvelles plaintes contre X, dont celle de l'actrice Anny Duperey, doivent être lancées, a assuré jeudi l'avocate et ancienne magistrate Marie-Odile Bertella-Geffroy. [Avec l'AFP et Huffingtonpost.fr]

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17