Braun, Bachelot, Buzyn, Evin : Quatre anciens ministres débriefent les négos conventionnelles

01/02/2024 Par L. C.
Politique de santé
Invités des "Contrepoints de la santé", ce mercredi 31 janvier, François Braun, Agnès Buzyn, Roselyne Bachelot et Claude Evin se sont exprimés sur les négociations conventionnelles en cours entre la Cnam et les syndicats de médecins libéraux.

  Reportée à cause de "l'actualité" politique, la troisième séance "multilatérale" de négociations conventionnelles doit se tenir la semaine prochaine, jeudi 8 février. Lors de cette dernière grande réunion prévue au calendrier, la Caisse nationale de l'Assurance maladie (Cnam) devrait dévoiler sa proposition de revalorisation tarifaire aux syndicats de médecins libéraux, comme s'y était engagé Thomas Fatôme. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'un an après l'échec des précédentes négos, les attentes sont fortes sur le terrain. Les syndicats de médecins ont d'ailleurs prévenu : si le nouveau tarif de consultation proposé par l'Assurance maladie est en deçà des 30 euros, ils ne signeront pas le projet de convention. Invité des Contrepoints de la santé, ce mercredi 31 janvier, l'ancien locataire de l'avenue de Ségur François Braun, témoin de l'échec de l'hiver dernier, reconnaît que le règlement arbitral rédigé en avril 2023 "ne satisfait personne". "Mais il a permis de continuer à avancer", a poursuivi l'ex-ministre de la Santé, présent aux côtés de ses prédécesseurs, Agnès Buzyn, Roselyne Bachelot et Claude Evin. La hausse du tarif de la consultation d'1,50 euro prévue par le règlement arbitral – et entrée en vigueur au 1er novembre – a en effet été une douche froide pour les médecins libéraux, qui n'avaient pas été revalorisés depuis 2017. L'urgentiste s'est réjoui de voir que les discussions entre les partenaires conventionnels ont repris "sur les mêmes bases" que celles qu'il avait posées, c’est-à-dire dans une logique de "gagnant-gagnant". Si le flop des dernières négos est imputable en grande partie au contrat d'engagement territorial (CET, rebaptisé ET) – qui, reconnaît François Braun, a été "un point d'achoppement" – ce dernier reste convaincu de l'importance d'avoir, de la part des médecins, "un engagement à répondre aux besoins de santé des territoires". Un avis partagé par Claude Evin, ministre de la Santé de 1988 à 1991, favorable à un "engagement des professionnels pour une meilleure organisation du système". François Braun a également été interrogé sur la déclaration du nouveau Premier ministre, lors de son discours de politique générale ce mardi 30 janvier, qui envisage de restaurer l'obligation de garde pour les médecins libéraux le soir et le week-end dans les départements sans service d’accès aux soins (SAS). En poste aux urgences durant la grève des gardes des généralistes en 2002, il a estimé que "dès lors qu'on oblige, qu'on force la main, ça ne se passe pas bien. Il faut qu'on travaille ensemble."   Un peu de capitation ? Sur la question tarifaire donc, puisque ce sera le nerf de la guerre, Agnès Buzyn s'est positionnée en faveur d'une "diversité des modes de rémunération : santé publique, territorialité, un peu à l'acte, un peu de capitation pourquoi pas. On a besoin de répondre à plein d'enjeux différents", a-t-elle estimé, sous le regard approbateur de sa prédécesseure Roselyne Bachelot. Lors de sa grande conférence de presse, mi-janvier, le Président de la République avait remis le sujet de la capitation sur le tapis, déclarant vouloir "aller vers une rémunération plus intelligente, sans doute au patient plutôt qu'à l'acte, ce qui permettra de mieux intégrer la prévention". Aujourd'hui, les médecins sont "incités à faire un maximum d'actes", estimait-il. La profession avait aussitôt sorti le drapeau rouge, rejetant ce mode de rémunération "à l'anglaise". Quelques-uns avaient en outre dénoncé une forme d'immixtion dans les négociations conventionnelles en cours.

 "C'est un vieux débat", a de son côté indiqué Claude Evin. "La rémunération d'un médecin généraliste aujourd'hui n'est pas uniquement dans la rémunération à l'acte. Qu'il y ait une évolution, pourquoi pas, ça me semblerait d'actualité."

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

17 commentaires
11 débatteurs en ligne11 en ligne
Photo de profil de Yves Adenis-Lamarre
3,3 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 4 mois
***reconnaît que le règlement arbitral rédigé en avril 2023 "ne satisfait personne". "Mais il a permis de continuer à avancer", a poursuivi l'ex-ministre de la Santé*** Ah bon, sans réglement arbitra...Lire plus
Photo de profil de Rodolphe  Girardet
920 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 4 mois
Quelle belle brochette de vainqueurs Il manque juste MST pour parfaire le tableau Pourquoi demander leur avis à ces incapables qui n’ont eu de cesse de détruire le système de santé depuis 40 ans...Lire plus
Photo de profil de Doc Of The Bay
1,2 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 4 mois
La prévention, j'en entends parler depuis que je suis tout petit en Médecine. Ils veulent faire la guerre avec des casernes à moitié vides....Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17