C à 30 euros, suppression des dépassements et abandon de la T2A : le programme santé de Cheminade | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

C à 30 euros, suppression des dépassements et abandon de la T2A : le programme santé de Cheminade

Candidat à l'élection présidentielle pour la 3e fois, Jacques Cheminade veut revenir à un "vrai système de santé public" et à l'esprit des fondateurs de la Sécurité sociale pour parvenir à une espérance de vie moyenne de 100 ans. Plusieurs de ses mesures concernent les médecins.

"Notre système de santé publique subit aujourd’hui une privatisation rampante qui menace son existence, attaque le président de Solidarité et progrès. Une logique comptable étrangle l’hôpital public, alors que les mutuelles et les assureurs privés gèrent la moitié des dépenses en médecine de ville. C’est pourquoi il faut revenir à un vrai système public de droit à la santé et aux soins pour tous."

Pour "parvenir à une espérance de vie moyenne de cent ans, dans un état physique et sanitaire satisfaisant" et "sauver la sécurité sociale", ce dernier veut économiser 6 à 10 milliards d'euros sur la politique du médicament : stopper les AMM de fausses nouveautés "visant à contourner les génériques", "contrôler plus sévèrement les prix des molécules innovantes", "donner aux médecins des moyens d'aide à la prescription leur permettant de mieux évaluer les produits dans chaque classe thérapeutique" ou encore réduire les dépenses de produits somnifères, anxiolytiques et thymorégulateurs.

A l'instar de Jean-Luc Mélenchon, Jacques Cheminade veut créer une assurance-maladie universelle couvrant l’ensemble des dépenses de santé, en incluant dans la Sécurité sociale la couverture complémentaire aujourd’hui essentiellement assurée par les mutuelles et les assurances. Ce qui permettra de réduire le temps administratif des médecins, estime Jacques Cheminade, qui veut maintenir le tiers payant généralisé et l'AME. "Le ticket modérateur serait ainsi supprimé. Cependant, pour responsabiliser l’assuré, il serait bon de lui prélever une somme de l’ordre de cinq euros lorsqu’il n’honore pas ses rendez-vous sans s’être décommandé, comme cela se produit hélas trop fréquemment", poursuit le candidat.

"Les dépassements d’honoraires, aujourd’hui en grande partie pris en charge par les complémentaires, ne pourraient l’être par le nouveau régime."

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…