Un étudiant en médecine retrouvé mort à son domicile, intubé et sous perfusion

23/08/2021 Par L. C.
Faits divers / Justice
Un étudiant en sixième année de médecine a été retrouvé mort ce jeudi 19 août au domicile de ses parents - où il résidait - à Bihorel (Seine-Maritime), près de Rouen. Le jeune homme de 24 ans se trouvait sous perfusion et intubé, révèle le quotidien Paris-Normandie.

C'est la mère de l'étudiant qui a alerté les secours ce jeudi 19 août aux alentours de 17h, après avoir découvert le corps sans vie de son fils de 24 ans, étudiant en sixième année de médecine. Selon le quotidien Paris-Normandie, le jeune homme se trouvait dans sa chambre au domicile familial de Bihorel (Seine-Maritime). Il était allongé sur son lit, une charlotte sur la tête, perfusé, intubé et avec une sonde urinaire posée. Des instruments chirurgicaux auraient été retrouvés à côté de son corps, ainsi qu'un respirateur artificiel non branché et deux téléphones portables reliés à des batteries. Selon le quotidien local, la mère du jeune homme assure "qu'elle n'avait jamais vu ce type de matériel dans la chambre de son fils". Une enquête a aussitôt été ouverte par le parquet de Rouen, et confiée à la sûreté départementale, afin de déterminer les causes et les circonstances de la mort de cet étudiant. Selon France Bleu Normandie, les enquêteurs auraient écarté la thèse du suicide. "Plusieurs indices comme la sonde urinaire font penser à un jeu sexuel qui aurait mal tourné", indique la radio.  [Mise à jour du 24/08 à 13h16] Dans un entretien accordé à La Dépêche du Midi, l'oncle et parrain de la victime a démenti les informations publiées la veille jugées "scandaleuses". "C’est sa mère qui l’a retrouvé jeudi soir, inanimé devant son ordinateur, dans sa chambre. Toutes les précisions relayées par les médias locaux et repris en boucle par les autres médias sont fausses. Les outils chirurgicaux retrouvés à côté du corps, tout comme la perfusion et l’intubation, sont liés à l’intervention des équipes médicales et des pompiers venus sur place après l’appel de la mère qui a donné l’alerte", a-t-il indiqué, précisant que le jeune homme n'est pas étudiant en médecine mais en pharmacie. "Il n’avait pas d’antécédents médicaux connus et n’avait aucun contact avec le milieu médical, ajoute par ailleurs son oncle. Il n’était pas non plus connu pour être consommateur de drogue. Sa famille, complètement bouleversée et anéantie par la disparition de Gabriel, attend d’ailleurs les résultats toxicologiques et ceux de l’autopsie."  [avec Paris-Normandie et France Bleu Normandie]

Vignette
Vignette

Les négociations conventionnelles entre les médecins et l'Assurance maladie doivent-elles reprendre?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Oui

Pas de négociation , pas de convention . Pas de convention , les médecin ayant les patientèles les plus fragilisées et les patient... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17