Filmée en train d'empoisonner ses collègues, une aide-soignante admet que ce n'était pas de l'eau bénite

08/01/2021 Par Sandy Bonin
Faits divers / Justice
Une ancienne aide-soignante de l'hôpital de Belfort, âgée de 57 ans, aurait reconnu avoir injecté régulièrement des produits neuroleptiques dans les bouteilles ou les assiettes de ses collègues de travail. Elle avait soutenu aux enquêteurs qu'il s'agissait d'eau bénite.
 

Au total, entre sept et huit infirmières ou aides-soignantes travaillant comme elle dans l'équipe de nuit du service réanimation de l’Hôpital de Belfort avaient été sujettes à des épisodes d'intense fatigue marqués par des endormissements brutaux ou des difficultés d'élocution. Ces symptômes se sont produits de 2015 jusqu'au jour où la coupable a été prise sur le fait, vidéo à l'appui, en juin 2019. En juin 2019, l'aide-soignante mise en cause avait fait un malaise à l’hôpital alors qu'elle était ivre. Ses collègues découvrent dans son sac des seringues prêtes à l’emploi. "On a alors fait le rapprochement", explique une autre soignante. En effet, depuis plusieurs semaines, plusieurs mois parfois, elles étaient plusieurs, dans le service, à constater une somnolence, un mal-être. Certaines se sont endormies au volant de leur voiture, en repartant du travail, se causant de belles frayeurs. "J’avais les jambes qui flageolaient. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. J’étais patraque tout le temps. Impossible de faire le moindre effort", raconte une soignante à l'Est-Républicain La suspectant de plus en plus, plusieurs membres de l’équipe décident d’installer un téléphone portable pour filmer le réfrigérateur où se trouvaient les bouteilles des boissons des soignantes. "On y voit une aide-soignante de notre équipe ouvrir nos bouteilles et y verser un liquide à l’aide d’une seringue", résume une des victimes qui précise : "Il paraît que lorsqu’elle a été interrogée, elle a dit que c’était de l’eau bénite pour nous protéger…" 

Dans un premier temps, la mise en cause assurait effectivement qu'il ne s'agissait que d'une eau bénite tout à fait inoffensive. "Je n'ai rien fait de mal, je n'ai jamais voulu faire de mal à personne, c'était de l'eau bénite…", avait-elle déclaré au Parisien début septembre 2020, quelques jours après que l'affaire a été mise sur la place publique. Mise en garde à vue le 13 octobre dernier, l'aide-soignante de 57 ans, aurait reconnu avoir injecté régulièrement des produits neuroleptiques dans les bouteilles ou les assiettes de ses collègues de travail. Mais sans donner d'explications convaincantes aux enquêteurs sur le mobile de ses actes. Des expertises psychiatriques sont en cours pour identifier ce qui aurait pu la pousser à empoisonner ses collègues. Les résultats sont attendus dans les prochaines semaines. [Avec leparisien.fr]  

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17