PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Il faut sanctuariser la position du médecin" : le président de l'Ordre livre ses priorités pour 2024

Alors que les problématiques de santé sont plus que jamais au cœur de l'actualité, le président de l'Ordre des médecins n'hésite pas, pour Egora, à prendre position sur les différents sujets. Protection des soignants sur les réseaux sociaux, attractivité de la médecine générale, "scandale" des médecins étrangers ou encore fin de vie… Le Dr François Arnault nous livre ses solutions. 

 

Egora : Quelles sont vos trois priorités pour 2024 ? 

Dr François Arnault : La première est l'attractivité du métier de médecin, et principalement des généralistes. C'est un réel problème qui a des conséquences incalculables.  

La deuxième est celle des violences. Il faut parvenir à trouver une situation acceptable pour que le médecin soit plus présent dans ce phénomène de société qui est intolérable.  

La troisième est de protéger les praticiens contre les agressions sur les réseaux sociaux, mais aussi contre la violence physique. Il faut essayer de sanctuariser la position du médecin dans l'exercice de sa fonction, au sein même de ses actes. Le médecin doit être protégé. Le dernier Gouvernement avait émis l'idée de transformer les agressions contre les soignants en délit, j'avais trouvé que c'était une excellente idée. Je soutiens toujours cette proposition, mais je ne sais pas où elle en est. Voila pour les trois priorités mais il y en a beaucoup d'autres, comme celle les médecins étrangers… 

 

Lors de vos voeux, vous avez "tiré la sonnette d'alarme" sur la perte d'attractivité de la médecine générale, quelles sont les solutions ? Les politiques ont-ils pris l'ampleur du problème ? 

Si je regarde des signes indirects, j'ai l'impression qu'ils ont pris l'ampleur du problème. Quand on voit la part que le sujet a pris dans la conférence de presse du Président de la République, cela montre que c'est un sujet qui préoccupe le pouvoir. Les problématiques de santé ont également été centrales dans le discours de politique générale de Gabriel Attal. Je pense donc que le Gouvernement a compris qu'il y a un réel problème. 

La difficulté est l'accès aux soins, c'est une des missions régaliennes de l'Etat, et elle n'est pas remplie de façon satisfaisante... Le problème démographique touche tous les médecins mais également toutes les autres professions de santé. Ils sont débordés et on veut leur donner d'autres missions. Ce n'est pas la bonne solution.

Les médecins sont au centre de ce problème. Je pense qu'on commence à voir dans le discours du Président, qui a complétement évolué par rapport à 2023, qu'on ne va pas pouvoir remplacer les praticiens. Il faut trouver des solutions pour en augmenter le nombre. Il en donne et je n'y suis pas opposé, au contraire. Il donne aussi des solutions d'organisation du temps médical, que je soutiens également. Mon premier rapport sur le sujet date de 2016. On ne cesse de dire qu'il faut une approche territoriale avec la constitution d'équipes de soins, composées de tous les professionnels de santé. La solution est là. On voit bien que dans certains territoires, c'est déjà organisé ainsi et ça donne des résultats. Les gens ont une réponse, plus ou moins rapide, mais ils ont une réponse. Ce qui est intolérable, c'est que les patients n'aient pas de médecin traitant ni d'accès aux soins. Cela n'est pas acceptable. C'est pour cela que ces patients vont vers les urgences des hôpitaux. Il faut organiser l'équipe de soins pour que le médecin reste responsable dans les décisions de prise en charge, mais que cela s'articule avec les autres professionnels.  

 

"Les médecins ne sont pas assez rémunérés"

 

Les médecins sont les plus frileux sur cette idée d'équipe et de partage de leur exercice ? 

Je partage cette appréciation. Ils ont du mal. Mais c'est un tout. Ils ont du mal parce qu'ils sont agressés sur le plan de la réalité même de leur exercice, qui n'est pas reconnu. Il faut déclencher le signal d'alarme sur leur rémunération qui est aussi insuffisante. Le vrai problème est là. Il faut quand même analyser les chiffres. Je n'interviens pas dans les négociations conventionnelles, mais les médecins ne sont pas assez rémunérés. Ils sont parmi les plus mal payés d'Europe. Et voila ce qu'il se passe. Des médecins quittent leur spécialité pour aller faire des activités plus lucratives.  

 

La solution proposée est la capitation et les forfaits… 

Je vais m'arrêter là pour ne pas intervenir sur l'appréciation des syndicats, qui sont d'ailleurs assez partagés là-dessus. Peut-être que la solution est intermédiaire. Une partie doit peut-être permettre au médecin, s'il prend en charge un patient avec un certain nombre de pathologies lourdes, qu'on le rémunère à la capitation, plutôt que de multiplier les actes mal payés pour un malade qu'il connaît bien. Cela peut avoir du sens, mais ce n'est pas à moi de donner mon avis. Mais il va falloir forcément changer quelque chose. Amener le C à une valeur correcte n'est pas possible pour les finances de la Nation. Les médecins auront toutefois une évolution du C, je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Cela a l'air d'être assez consensuel depuis le passage du ministre Aurélien Rousseau. Il n'est pas resté longtemps, mais il laisse une empreinte.  

 

Dans son discours de politique générale mardi 30 janvier, le Premier ministre a dit qu'il serait prêt à rétablir l'obligation de garde des médecins s'il n'y a pas de réponse suffisante… Qu'en pensez-vous ? 

L'obligation de garde, déontologiquement, elle existe. Le Premier ministre a parlé de service d'accès aux soins (SAS) et de permanence des soins (PDS). Dans la journée, il y a le service d'accès aux soins. Nous soutenons ce dispositif légitime qui est d'ailleurs en train de s'installer pratiquement partout avec succès. Son organisation et sa rémunération particulière font que cela s'est bien mis en place. Les médecins ont dégagé des plages pour accueillir des malades qui passent par le SAS. Mais la nuit… Je ne comprends pas trop les propos du Premier ministre, parce que...

36 commentaires
35 débatteurs en ligne35 en ligne
Photo de profil de Pierre Caro
1,1 k points
Débatteur Passionné
Anesthésie-réanimation
il y a 1 mois
C’est un peu décevant. Comme dit par mes collègues dans d’autres commentaires, il soulève certains problèmes (notamment la remuneration) puis écarte les solutions : pas de budget ? On notera quand mê...Lire plus
Photo de profil de Alain Puig
269 points
Débatteur Renommé
Médecine générale
il y a 1 mois
BLA BLA BLA et bla bla bla !!! "Cela peut avoir du sens, mais ce n'est pas à moi de donner mon avis". Ben alors, qu'est ce que tu fais là, cher confrère ???? "Mais il va falloir forcément change...Lire plus
Photo de profil de M A G
2,1 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 1 mois
" l'accès aux soins, c'est une des missions régaliennes de l'Etat, et elle n'est pas remplie de façon satisfaisante..." Je ne suis pas d'accord. J'ai même la conviction que, si les choses vont...Lire plus
36 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Etes-vous favorable à l'exonération fiscale des médecins libéraux qui poursuivent leur activité après avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite?

Michel Rivoal

Michel Rivoal

Non

Je voudrais bien que l'on rase gratis et pourtant je porte la barbe! Je voudrais bien un revenu pour tous surtout pendant les étu... Lire plus

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…