Un millier de soignants et de patients unis pour sauver l'hôpital public [PHOTOS]

14/02/2020 Par Marion Jort
Dix mois après les premières mobilisations du collectif Inter-Urgences, un millier de soignants ont à nouveau défilé dans la rue ce vendredi 14 février, pour “déclarer leur flamme” à l’hôpital public et tenter de le sauver.


Une marée de blouses blanches et de coeurs rouges et roses. En ce jour de la Saint-Valentin, les soignants se sont à nouveau mobilisés à l’appel des collectifs Inter-Urgences et Inter-Hôpitaux. Ils étaient près d’un millier à marcher entre l’hôpital Necker à Paris et la Pitié-Salpêtrière pour “déclarer leur flamme et leur amour” à l'hôpital public.  

  “On continue à se mobiliser parce qu’on n'a vraiment pas obtenu ce qu’on voulait. On a des revendications qui sont claires et simples depuis le début et qui sont partagées par tous les corps de métiers et services. On nous enfume avec des pseudos-réponses qui n’ont rien à voir...On nous dit qu’on a du budget, mais sur le terrain il n’y a aucun changements”, s'agace Benoit, infirmier à Annecy et membre du Collectif Inter-Urgence, mobilisé depuis le premier jour.

“Depuis presque un an à se mobiliser, c’est dur. C’est d’ailleurs pour cela que c’est ma dernière grève aujourd’hui. Après j’arrête, car je suis épuisée. Mais le combat va continuer avec d’autres de mes collègues. On a entendu la ministre dire sur France Inter qu’elle arrangeait les choses...Je pense qu’elle peut être fière de savoir que les infirmiers gagnent seulement 250 euros de plus que le smic. Bientôt on sera un métier précaire avec aucune compétence et on mettra les gens en danger”, témoigne-t-il.
 

 

Malgré le plan “Investir pour l’hôpital”, présenté par Edouard Philippe et Agnès Buzyn comprenant notamment des primes pour les personnels, une rallonge budgétaire ou encore une reprise partielle de la dette des établissements, les soignants espéraient aujourd’hui encore, obtenir de nouvelles concessions de la part du Gouvernement. Leurs revendications sont restées les mêmes : l'augmentation du budget hospitalier (ONDAM) à hauteur de l'augmentation programmée des charges (au minimum de 4%), l'augmentation des salaires des personnels hospitaliers, et l'arrêt des fermetures de lits d'hospitalisation et l'ouverture de lits dans les services où il existe des besoins avec embauche des personnels nécessaires.
  Beaucoup de patients et d’anonymes venus en soutien  

Venus grossir les rangs de la manifestation, beaucoup d’anonymes et de patients ont tenu à apporter leur soutien à ces centaines de soignants, épuisés. “Nous ne pouvions pas ne pas être là”, témoignent Nicolle et Marie-Claude. “Je ne prends même pas la peine de vous répondre pourquoi !”, plaisante-t-elle. “Tout le monde à une histoire avec l’hôpital. Pour une opération, sa famille. Notre Gouvernement distribue l’argent aux plus riches alors qu’on pourrait sauver l’hôpital”, regrette à côté d’eux, un couple d’usagers vêtus de rouge et cœur autour du corps.

Un peu plus loin, Annabelle et ses deux enfants, sont venus pendant leurs vacances défiler aux côtés des soignants. “Touche pas à mon hôpital !”, brandit son jeune fils, Solal, sur une pancarte.

 

Tout au long de la manifestation, les soignants ont simulé la mort de l’hôpital public dans des mises en scènes sans violence. “Nous sommes juste des personnes en souffrance, venus crier notre ras-le-bol à une ministre qui ne veut pas l’entendre”, conclut une aide-soignante.  

Vignette
Vignette
0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9