Primes, dette, budget : comment le Gouvernement compte sauver l'Hôpital | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Primes, dette, budget : comment le Gouvernement compte sauver l'Hôpital

Le Premier ministre a dévoilé ce mercredi matin son plan d'urgences pour l'hôpital, "entièrement financé par de nouvelles ressources". Au programme : amélioration de l'attractivité des carrières par le biais de primes ; reprise d'un tiers de la dette des hôpitaux et augmentation de l'Ondam ; réforme de la gouvernance et lutte contre le "mercenariat".

"Nous avons entendu leur colère, leur épuisement, leur désarroi." Quelques jours après la mobilisation historique des personnels hospitaliers (20 000 personnes dans la rue, 25% de médecins grévistes), Edouard Philippe a annoncé une nouvelle série de mesures pour l'hôpital. L'enjeu : répondre à l'urgence, en attendant que les changements structurels portés par le plan Ma santé 2022 portent leurs fruits.

Le Gouvernement a lâché les cordons de la bourse, en annonçant de nouveaux moyens budgétaires pour les établissements, avec une reprise partielle de leur dette, ainsi que la création et la revalorisation d'un certain nombre de primes pour les médecins et les paramédicaux. Zoom sur les principales mesures.

Rémunération et carrières

Alors que 30% des postes de praticiens hospitaliers sont vacants et que les établissements peinent à recruter des infirmières et aides-soignantes, il s'agit pour le Premier ministre de "répondre au problème d'attractivité de l'hôpital public". Plusieurs primes seront augmentées ou mise en place dès l'année prochaine pour les médecins comme pour les paramédicaux.

 

-Indemnité temporaire de mobilité

Attribuée aux fonctionnaires d'Etat, elle sera étendue à la fonction publique hospitalière. D'un montant maximal de 10 000 euros, elle est versée aux agents qui "opèrent une mobilité" vers des postes difficiles à pourvoir et s'engagent à les occuper pendant "un nombre minimum d'années".

 

-Prime d'engagement de carrière hospitalière

Cette prime est actuellement versée aux médecins (notamment en fin de formation) qui s'engagent à "servir le service public" pendant un certain nombres d'années. Elle sera augmentée de 50% pour les médecins (deux niveaux portés à 15 000 et 30 000 euros) et étendue aux non-médecins dans le cas de métiers en tension (deux niveaux : 10 000 et 15 000 euros).

 

-Prime d'exercice territoriale pour les IDE et AS d'Ile-de-France

"Nous devons reconnaître la situation spécifique de Paris et de la petite couronne", a souligné Agnès Buzyn, évoquant des "sujétions", comme le logement ou la garde des enfants, qui "pèsent de manière déraisonnable dans le pouvoir d'achat de certains soignants". Une prime annuelle "pérenne" de 800 euros net (66,66 euros par mois) sera...

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…